« Heureux Félix ! La noblesse d’un Chef d’Etat : du vœu vers la réalité ! » (Tribune de l’Abbé Kabazane)

chef - félix - vital- Kamerhe - alliés - unc
Tshisekedi et Kamerhe en campagne électorale

La nouvelle tribune de l’abbé Kabazane dégage le parfum d’une tribune d’espérance publiée il y a cinq mois intitulée « La noblesse du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi : le courage de dire la vérité sur Vital Kamerhe ». Revenant sur ce qu’il appelle « credo présidentiel », lorsque le Président Félix qualifiait son allié Kamerhe de « correct et de sérieux », l’ami des malades et des marginalisés voit dans la liberté provisoire accordée depuis le 6 décembre à Kamerhe, un pas vers le relèvement du Pays. Aussi formule-t-il un vœu de voir un Kamerhe devenir le Joseph de la Bible. N’en déplaise aux « méchants et aux sadiques ». Tribune

« L’Archevêque Romero disait que  » Nous sommes prophètes d’un futur qui ne nous appartient pas ».

Lire aussi: Tribune: « Vous aurez à souffrir mais gardez courage » (l’Abbé Kabazane à Marc Malago)

N’en déplaise à tous ceux qui sont restés sceptiques face aux propos du Chef de l’État à Goma, il y a cinq mois, au sujet de son ancien Directeur de Cabinet et allié de Nairobi pour la Magistrature suprême, Formateur avec lui du CACH, l’honorable Docteur Vital Kamerhe, lorsque, sorti d’un silence qu’on croyait malveillant, il présagea l’imminence de ce qu’on attendait en déclarant : 

« Vital Kamerhe c’est mon frère. Je suis désolé de ce qui lui arrive. Je continue à croire que Vital Kamerhe est non seulement quelqu’un de sérieux, de correct, mais en plus quelqu’un dont la République a besoin. Grâce à son intelligence, grâce à son expérience, je suis convaincu qu’il jouera à nouveau un rôle dans ce Pays « .

Ce jour-là, à Goma, d’un air sérieux, ne jouant pas au hasard ni à l’hypocrite, après avoir suivi comme tout le monde les méandres du procès de 100 jours , par sa parole de voeu qui deviendra vérité , Dieu merci, le Président tournait la clef de la porte qui ouvre à la  réconciliation  par la  franchise et la vérité.

Dès lors il n’était plus question de boucher les horizons de paix et de liberté ouverts à Goma. L’homme du  » Le peuple d’abord  » est un homme de paix et d’un sens élevé  d’humanité.  

En effet, par cette déclaration courageuse sur Kamerhe , le Chef de l’État congolais nourrissait l’espoir de la Nation entière et consolait  un peuple prêt au murmure , arrosant  les cœurs languissants de tristes après surtout une réduction fâcheuse de sa peine de 20  à 13 ans de condamnation par la Cour d’appel, laissant planer un nuage de soupçons sur les vrais motifs de la condamnation du Pacificateur jusqu’au bout.

Lire aussi: Liberté Provisoire à Kamerhe: «vous êtes le sel de la terre» (Mt 5,13), Kabazane écrit aux juges et ceux qui rendent le droit

Un regard sur la campagne électorale de 2018 après les accords de Nairobi et le  » oui  » de Kamerhe pour Fatshi , s’appelant sympathiquement et respectueusement   « Président Kamerhe » » (Tshisekedi), et   » le Président Felix  » (Kamerhe),  accompagnés de leurs épouses laisse admirer le  FatshiVit formant une rime qui éveillait l’espoir d’un peuple qui rêvait le changement par l’alternance politique.

Face au malheur de la prison , « heureuse faute »  qui permit à Vital Kamerhe de se faire connaître de ceux qui n’avait du Kamerhe que de nom, et de professer sa loyauté au Chef de l’État du haut de la barre,  le Président Félix ,  n’aimant pas la brutalité,  laissa « la justice faire son travail « et lui méditant tout dans son cœur, souffrait sans gémir . Les jours passèrent . 

Ne dit-on pas que le temps balaye les faux amis et confirme les vrais?  Le Président Félix avait  redit et proclamé haut  son amour pour Vital ! Son « credo présidentiel » proclamé à Goma est:   » Vital Kamerhe c’est mon frère. Je suis désolé de ce qui lui arrive…Je suis convaincu qu’il jouera à nouveau un rôle dans ce Pays ». Prophétie ou débordement d’amour? 

Ces paroles sur Kamerhe  jaillissaient  d’un cœur plein d’admiration et de respect l’ allié. C’était aussi un cœur sans doute révolté face aux combines politiciennes visant à lui arracher un soutien inébranlable pour son quinquennat. Tel était  le sens, peut-être, du  »  Je suis désolé de ce qui lui arrive « .

Lire aussi: Tribune : « Qui voulez-vous que je vous libère ? (Cf. Mt.27, 17). La soif de revoir Vital Kamerhe » (Abbé Kabazane)

Auparavant, le Président Fatshi  avait insinué que   » L’État de droit, c’est aussi reconnaître l’innocence des justes « . Et si à l’époque on  doutait de la bonne foi du Président à voir son allié libre , tel n’était plus le cas après le « credo » de Goma.

Par ailleurs ,je revis  cette belle soirée, sous la pluie, en fin décembre 2018, à Walungu, lorsque Félix conduit par Vital , chacun avec son épouse , et eux seuls, entrèrent chez nous tout joyeux.  Répondant à un de nous , il  disait:  « Soyez rassurés , jamais moi sans le Président Kamerhe. Nous sommes frères, nous travaillerons ensemble et même dans le conseil de ma famille, je le consulterai  » .  Et la photo fut prise comme  pour sceller, on dirait, cette alliance ! Comme ce fut beau et agréable que des frères ensemble !

Depuis la soirée du lundi 6/12/2021 , alors en plein cheminement vers Noël et le Nouvel an, la cours de Cassation a  honoré l’État et son Chef et son peuple et sa justice en accordant la liberté provisoire au Chef des Rouge-blancs. 

Lire aussi: L’abbé Kabazane encourage Kamerhe : « Soyez sans crainte, vous valez mieux, vous, qu’une multitude de passereaux » (Mt.10,31) »

Cette sortie de Vital semble avoir administré une chiquenaude fatale aux tireurs de ficelles ,  pêcheurs en eau trouble, ceux là même qui avaient déjà posé des fondations fallacieuses en vue de construire leur gloire et leur montée politiques sur la tombe et les décombres de la ruine de Vital. Quelle leçon tirer :

– Quand les hommes accusent injustement sans vérifier, Dieu se sert des instruments avisés pour corriger les erreurs comme ce fut le cas pour les anciens qui jugeaient Suzanne (cf.Dn 13) ou pour la femme de Pontifar accusant Joseph.

– Le  jugement sur Kamerhe peut être corrigé par une justice qui est réellement au service de l’État de droit que prêche le Chef de l’Etat, et permettre à Vital Kamerhe de jouer à nouveau un rôle pour le relèvement du Pays, tel que prophétisé par le Chef de l’État.

Et quoi de plus normal , juste,  respectueux , humain et reconnaissant pour son allié relaxé d’habiter un palais de l’État ? Pourquoi les réseaux sociaux et les gens s’agiteraient-ils, associant Vital libre et logé à la Gombe à des combines amicales et familiales avec le Chef de l’Etat? Ont-ils raison ceux qui lisent là les  signes précurseurs d’une montée  glorieuse de celui qu’une certaine  opinion sadique  aimerait voir  cloué à Makala? 

Certains l’ont même souhaité et travaillé à désunir le FatshiVit  en se servant des hameçons tribaux, régionaux, politiques . Le Président nous dit aujourd’hui que l’unité entre ceux qu’on voulait présenter comme ennemis peut redonner la chance à ce Pays de décoller et sauver de la noyade ce quinquennat de l’alternance. Félix et Vital chanteraient alors le Psaume 34(35):  » Seigneur, sauve-moi de la persécution ».

Lire aussi: L’abbé Kabazane revient sur le livre de Vital Kamerhe : « vers une politique chrétienne à l’instar de Messeigneurs Munzihirwa, Kataliko et Charles Mbogha »

Les hommes aiment où l’on se déchire, ils préfèrent la guerre à la paix afin de puiser en eau trouble. Pour Fatshi, la division basée sur un mal juger  ne relèvera pas le Pays. Il faut un surcroit de confiance en l’homme. Vive  le Président , vive la République !

Des souhaits pour Vital Kamerhe:

Fils d’Alphonsine et de Constantin Kamerhe, qu’il t’advienne et te soit fait comme à l’humble serviteur de Dieu Joseph de la Bible (cf. Gn 39-42) dont voici l’essentiel de l’histoire :

– Joseph vendu par ses frères,

– Joseph arrêté sur base d’un mensonge rôti par sa patronne qui le désirait,

– Joseph interprète un songe en prison,

– Grâce à son intelligence, il est appelé pour interpréter le rêve du Roi.

– Libéré, Joseph devient premier Ministre du Roi,

– Il demande qu’on amène son Père. Pharaon prend tout en charge en mobilisant les chars et les ânes,

– La famille de Joseph reçoit la meilleure part de l’Égypte.

– Et alors Joseph peut, assurément, proclamer sa foi :   » Dieu m’a envoyé en Égypte pour qu’un jour je vous sois très utile « .

Lire aussi: « Le juste que l’on tue est déclaré coupable » (cf. Ps 93,21) : cas de Vital Kamerhe couvert de silence ( Tribune de l’Abbé Kabazane)

Seigneur, Toi le Maître de tout, bénis la RDC et son Chef. Assiste les juges et les avocats de la défense de notre frère Vital, bénis les , protège les . Interviens pour l’acquittement  de Vital Kamerhe et fais que, t’ayant découvert dans les événements de sa vie politique actuelle, il nous avoue un jour ,comme Joseph :   » Moi, Kamerhe , Dieu a voulu ma prison afin qu’il y consume tout ce qui est naïveté en moi, et qu’ainsi,  instruit et façonné  par la souffrance,  je sois utile à tout notre peuple et au Congo entier  » .

Abbé Kabazane Nsibula Jean-Baptiste »

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.