L’abbé Kabazane encourage Kamerhe : « Soyez sans crainte, vous valez mieux, vous, qu’une multitude de passereaux » (Mt.10,31) »

kabazane - direction - politique - nationale -de solidarité-Kamerhe UNC
Vital Kamerhe, Président national de l'UNC et ancien Directeur de Cabinet de Tshisekedi

« Soyez sans crainte, vous valez mieux, vous, qu’une multitude de passereaux »(Mt.10,31) ». C’est par ce passage biblique que l’abbé Kabazane choisi encore une fois de s’adresser à Vital Kamerhe. L’ancien Directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi fait face à une « indiscipline » au sein de son parti politique l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) alors que sa situation judiciaire ne s’est pas encore améliorée. LaPrunelleRDC.info vous propose de lire cette tribune de l’abbé Kabazane.

« Soyez sans crainte, vous valez mieux, vous, qu’une multitude de passereaux »(Mt.10,31) » 

Cher Frère Vital Kamerhe,

Lire aussi: L’abbé Kabazane revient sur le livre de Vital Kamerhe : « vers une politique chrétienne à l’instar de Messeigneurs Munzihirwa, Kataliko et Charles Mbogha »

Les réseaux sociaux ont tellement agité les gens, alarmé par des messages et déclarations aussi troublants que poignants, œuvre parfois de ceux qui larmoient sur une situation sociale et politique qu’ils jugent et décrivent au grand jour. Beaucoup ont parlé et bien d’autres ont choisi un silence différemment qualifiable. C’est donc un leurre de croire et vivre aujourd’hui comme si rien ne s’est dit, rien ne s’est passé, ou que rien ne se mijote. En tout cas, on a entendu chacun prêcher pour sa propre chapelle.

De l’extérieur, il y a lieu de penser à un éclatement, par suite d’asphyxie et déséquilibre dans la barque que vous avez chèrement acquise au prix des sacrifices et des intelligences. De l’intérieur, par contre, on crie aux petites gifles et chiquenaudes des enfants qui, grandissants, se heurtent sans renoncer à la case paternelle.

Qu’en dire, en effet ? C’est à l’heure où tous admirent l’éclosion du dynamisme politique de votre parti, qui gagne les coins et recoins du Pays grâce à vos dernières inspirations, que vient cette épreuve. Elle offre toutefois cet avantage de vous rendre plus clairvoyant.

Devant tant de flèches contraires sifflant de tous côtés, Dieu seul sait d’où ça s’aiguise, il y a lieu d’être peiné, votre cœur étant invité à amortir les coups des poignards épistolaires et verbaux entre les vôtres, lesquels viennent s’ajouter à la douleur de la privation de liberté, aux humiliations et à l’exclusion de la vie politique nationale.ù

Lire aussi: « Le juste que l’on tue est déclaré coupable » (cf. Ps 93,21) : cas de Vital Kamerhe couvert de silence ( Tribune de l’Abbé Kabazane)

A votre sujet, on ergote, tout le monde est éloquent, inventif. Vous devenez la risée des ennemis et de faux amis.  On se moque d’une part, d’autre part, on plaide. Et vous, méditant tout cela dans votre cœur, il y a lieu de vous mettre enfin sur les lèvres ces paroles du Maître : » Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » (Mt 27,46) à l’heure où les Congolais murmurent et regrettent votre absence à l’instar de la sœur de Lazare s’adressant à Jésus : » Si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort » (Cf. Jn 11, 21).

Ces paroles au parti tombent quand vous même, les yeux levés, ne cessez de supplier :  » Ne m’abandonne pas, Yahvé, mon Dieu, ne sois pas loin de moi : vite, viens à mon aide, Seigneur, mon salut » (Ps 38, 21).

Cher frère, le vent violent et contraire souffle oui mais Kamerhe n’est jamais abandonné. Il y a Jésus qui vous tend constamment la main et avec lui dans la barque, point de noyade. Seul avec lui, vous demeurez une majorité nécessaire.  Vous ne serez pas atteint ni troublé par les moqueries, la solitude et l’exclusion auxquelles s’ajoutent les luttes internes et externes dans votre barque, sans oublier l’injustice et l’acharnement contre votre personne et votre famille.

Cher Aigle de Bulwi, il y a un Dieu qui voit et entend ! Ce Dieu qui vous a créé et choisi maitrise chaque ligne de votre vie. Il vous connait avec vos rêves d’un Congo à la Lula, grand, prospère et respecté. A vous aussi il dit :  » Car je sais, moi, les desseins que je forme pour vous, …desseins de paix et non de malheur, pour vous donner un avenir et une espérance « (Jr.29, 11).

Lire aussi: «La noblesse du Président Félix Tshisekedi: le courage de dire la vérité sur Vital Kamerhe» (Tribune de l’abbé Kabazane)

Ce Dieu juste connait les dons qu’il vous a confiés et vos imperfections aussi. Il dit : Vital,  » Avant même de te former au ventre maternel, je t’ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t’ai consacré… » (Jr.1,5).

Cher Honorable, ce Dieu- Amour a des plans pour votre vie qui dépassent votre imagination. C’est des plans qui vous rapprochent, certes, de lui et qui feront de vous la personne que vous devez être. Louons le car il ne vous lâche pas d’un pas, si indigne que vous soyez d’un tel débordement d’amour divin.

Je me réjouis de réaliser qu’à l’instar de Joseph, victime de ses frères, vous ne perdez pas espoir. L’espérance est notre plus grand trésor. J’aime quand vous dites que Dieu est au contrôle dans votre vie. C’est une conviction que Dieu est en train d’écarter pour vous des choses superficielles pour vous donner le meilleur en son temps qui n’est pas celui des hommes.

Il m’arrive de faire mienne la certitude de votre Maman, Alphonsine M’Nkingi Nemberwa, qui professe fermement que Dieu vous octroie ce jardin de solitude et d’abandon, à Makala puis au Centre Nganda, pour vous rapprocher de lui et vous permettre de vous sentir plus fort en sa présence. Et cette vision de votre Père Constantin Kamerhe qui, de son vivant, vous fit comme un testament ceci que la route de l’espérance et de la victoire est toujours parsemée d’embûches. Que Dieu vous affermisse dans ce silence injuste vous imposé par les hommes et vous inspire des réflexes divins pour la renaissance du Congo.

Lire aussi: Tribune: « Même mon ami m’a frappé du talon » (Ps 40,10) Les larmes du 15 juin 2021 ! (Abbé Kabazane)

Disons-le, cher Honorable Président, vous aurez encaissé et enduré des coups dans votre vie ! Et vous n’en êtes pas au bout !

J’ai lu quelque part que Dieu ne marche jamais avec quelqu’un sans l’exposer à lui-même, pour créer une totale dépendance vis-à-vis de Lui et afin que la personne devienne une autre version de Lui-même.

Puis-je, avec vous, savoir que ce Dieu Libérateur vous isole pour mieux vous entendre, disposer votre cœur pour développer, modifier, transformer, améliorer et restaurer votre relation avec lui ?  Cela ne peut que vous ajoutez de la valeur. Ce Dieu ne désire pas que vous soyez comme tout le monde. Vivez et accueillez les tribulations, les soucis, les joies et les peines de ces temps comme des tests que Dieu vous fait passer pour votre perfectionnement et votre lancée pour la victoire. Ainsi, au-delà de vos possibilités, de vos faiblesses, nous réaliserons tous que sans lui, nous ne sommes rien et ne pouvons rien faire (cf. Jn 15,5).

Voici, en outre une clé :  » Ne t’ai-je pas donné cet ordre : sois fort et tiens bon ! Sois sans crainte ni frayeur, car Yahvé ton Dieu est avec toi dans toutes tes démarches « (Jos 1,9).

Lire aussi: Face à une trahison : « le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier » (Tribune de l’Abbé Kabazane)

J’aime penser à cela : Josué n’était pas seul. Lorsqu’il a dû perdre Jéricho, Dieu a envoyé son ange pour lui donner une stratégie et pas n’importe laquelle. C’est par la force de louange que la muraille s’est effondrée.

Convainquez-vous que les anges de Dieu sont autour de vous et ils sont au service de Dieu pour vous. Vous n’êtes pas seul. De la même manière que l’ange est apparu à Gédéon (cf. Jg 6,11-24), que Dieu vous appelle  » vaillant héros «, qu’il vous envoie, comme il a envoyé Gédéon et Josué, œuvrer aux côtés du Président Félix-Antoine Tshidekedi, pour sauver le Congo et arracher ses habitants aux cris et aux murmures.

Plaise au Ciel que ce face-à-face avec vous-même (le Parti UNC est une part de vous-même) en ces temps de tribulation vous aide à tirer le meilleur, comme un Père aimant, choyant et désireux de voir tous les enfants épanouis. Puissent aussi les nombreux militants et membres de votre parti fermer la porte au démon de la division qui voudrait détourner l’attention vers l’idéal de l’unité qui favoriserait l’expansion et la consolidation du Parti en une guerre d’intentions. Ce conseil de l’apôtre vaut pour tous :  » Soyez sobres, veillez.  Votre partie adverse, le diable, comme un Lion rugissant, rode, cherchant qui dévorer.  Résistez -lui fermes dans la foi » (1P5, 8-9).

A ceux qui attendent de Vital une action, que Dieu leur accorde de réaliser, en outre, le choix primordial qui le caractérise et le définit comme Pacificateur jusqu’au bout.

Lire aussi: L’Abbé Kabazane écrit: « Vital Kamerhe, le patriote aux ailes d’amour » (Tribune)

Dans sa barque, la liberté d’expression a toujours été une règle mais jamais la cohésion, le respect mutuel et l’obéissance à la hiérarchie n’ont manqué au rendez-vous de la paix et du progrès. La vie du Parti des rouges-blancs est à ce prix !

Vital Kamerhe n’est pas et ne s’est jamais prétendu être le Dieu qui « mène aux abîmes et en ramène », (cf.1S 2,1-10). Kamerhe n’est pas celui qui  » écrase le roseau froissé  » ou qui  » éteint la mèche qui faiblit » (Cf. Is 42, 3).  Sur son ordre, certaines personnes sont là, oui !  Mais son désir ardent, emprunté au Maître, est que  » tous soient un » (cf. Jn 17, 21) ;  » qu’ils aient la vie » et une vie correcte et ce, dans l’objectif de grandir la famille UNC, prête à ouvrir les bras pour accueillir le fils prodigue et engager la fête pour son retour malgré les dépenses honteuses effectuées en terre étrangère.

Lire aussi: RDC: Vital Kamerhe, un jour Joseph ? (Tribune de l’Abbé Kabazane)

Souhaitons enfin à l’élu du Kivu, Allié principal du Président Félix-Antoine Tshisekedi pour la magistrature suprême, d’être acquitté au plus tôt. Ainsi, ce qui semble perdu aujourd’hui dans la barque UNC ne sera pas perdu forcément. Par la grâce de Dieu et dans la paix, l’unité, le respect et la soumission à la hiérarchie dans une obéissance vicariale, ce qu’on croit perte sera demain des atouts qui l’aideront à renaitre de ses cendres, atouts que Dieu pourrait exploiter pour apprendre aux filles et fils de l’UNC à naviguer dans les eaux dangereuses de ce monde et de la vie politique du Congo. Paix et bénédiction.

Abbé Kabazane Nsibula Jean-Baptiste. »

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.