P-DDRC : Danny Singoma (CCNSC) choisit son camp

danny singoma - société civile nord et sud-kivu -hrw - udps - denis mukwege -p-ddrc-s - tommy tambwe
Tommy Tambwe Ushindi, Coordonnateur du Programme DDRC-S

Danny Singoma, le nouveau Coordonnateur National du Cadre de Concertation National de la Société Civile en République Démocratique du Congo a choisi officiellement son camp dans le débat sur la désignation du nouveau Coordonnateur du Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation (PDDRCS).

En effet, des nombreuses organisations de la Société Civile en République Démocratique du Congo et surtout dans les provinces du Nord-Kivu contestent toujours Tommy Tambwe désigné par le Président de la République comme Coordonnateur de ce programme. Ces organisations rappellent au Chef de l’Etat que le passé sombre de Tommy Tambwe dans les rebellions qui ont endeuillé le pays avec le récent passage au M23 ne peut les pousser à soutenir son choix.

Lire aussi: P-DDRCS : tambour battant, Tommy Tambwe au Kivu pour tenter de se faire une légitimité

Mais dans un communiqué, celui qui est censé coordonner les faitières de la Société Civile en RDC se dit interpellé et inquiet des avis divergents sur le personnage du nouveau Coordonnateur.  

Comme beaucoup d’autres acteurs qui ont commencé à travailler avec le nouveau Coordonnateur du P-DDRC-S, le Cadre de Concertation National de la Société Civile dit qu’il ne peut prendre « aucune position tranchée » sur la question des animateurs du PDDRCS nommés par Ordonnance présidentiel, « de peur de contenter les uns et blesser les autres, brisant ainsi le consensus au sein de la société civile ».

Par ailleurs, Danny Singoma a déjà une formule : le Cadre de Concertation National de la Société Civile privilégie un dialogue constructif et un débat ouvert au sein de la Société civile sur la place et le rôle que la Société Civile doit jouer dans le PDDRCS aussi bien au niveau national que provincial et local pour une meilleure mobilisation et implication de la population dans les actions de ce programme. 

Danny Singoma annonce d’ailleurs l’organisation urgente, à Goma, au Nord-Kivu, d’un Forum National de la Société Civile sur le PDDRCS pour une meilleure appropriation de ce programme et la définition des stratégies d’action de la Société civile ;  

« Le Forum de Goma intégrera aussi la question de la participation de la Société Civile dans le Plan de Retrait de la MONUSCO.  En attendant, la tenue du Forum National de la Société Civile sur le PDDRCS et la Transition de la  MONUSCO qui aura lieu avant la fin du mois d’octobre 2021, le Cadre de Concertation National de la  Société Civile invite toutes les actrices et tous les acteurs, leaders de la société civile dans les Provinces  du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, de garder un climat de sérénité et de confiance qui favorisera l’organisation, dans les bonnes conditions, de cette importante rencontre qui réunira les représentants des Cadres de Concertation Provinciaux, des Coordinations de la Société civile et des principales Dynamiques provinciales de la Société civile de plusieurs provinces.   Le Cadre de Concertation National de la Société Civile est convaincu que la réussite du PDDRCS est tributaire de l’appropriation collective du Programme par la Société Civile et les communautés concernées », écrit Danny Singoma dans un document parvenu à LaPrunelleRDC.info.

Finie la Société Civile intransigeante, bienvenue à celle des accommodations !

Cette position de Danny Singoma, Coordonnateur actuel du Cadre de Concertation de la Société Civile n’étonne pas nombreux acteurs dans les deux provinces du Kivu. Nombreux notent qu’il avait déjà montré son camp alors que les acteurs sociaux avaient choisi de hausser leurs voix pour rappeler au Chef de l’Etat le passé désastreux du patron actuel du P-DDRCS.

Un acteur de la Société Civile de Masisi qui s’est confié à LaPrunelleRDC.info s’étonne que les idéaux ayant conduit à la mise en place des structures de la Société Civile soient « bafoués au nom des petites accommodations pour avoir ses intérêts ».

« Comment pouvons-nous désormais être aussi conciliants avec ceux qui ont commis d’énormes dégâts humains et matériels dans notre pays et penser qu’il faut trouver des formules pour avoir notre place sur la table ? On savait que devant des millions des dollars attendus dans le programme, le combat sera difficile mais on ne pouvait jamais envisager qu’une telle ambiguïté vienne d’un Coordonnateur de la Société Civile et qui est ressortissant du Kivu. C’est une véritable déception. Les vrais acteurs sociaux ne seront pas embarqués dans cette bêtise. Nous attendons la réaction du Chef de l’Etat qui a déjà été saisi », dit-il.

Lire aussi: Justice transitionnelle en RDC : l’UE souffle le chaud et le froid!

En attendant, le Cadre de Concertation dit lancer un vibrant appel aux Partenaires de la Société Civile pour un soutien financier et logistique à la réalisation du 1ᵉʳ Forum d’appropriation, par la Société Civile, du PDDRCS et du Plan de retrait de la MONUSCO.  

Comme qui dirait que chaque obstacle est une opportunité au sein des composantes et acteurs de la Société Civile de la RDC.

C’est des millions des dollars attendus au P-DDRC-S. Le véritable enjeu est là. Nombreux acteurs sociaux et politique des provinces concernées ont déjà reçu des promesses de financement ou ont vu leurs proches casés dans un bureau de ce programme ou son antenne en province. Une bonne manière de mater toute opposition et d’oublier que les millions ne sauront effacer les affres de la guerre subies par la République Démocratique du Congo et dont Tommy Tambwe et son principal allié le Rwanda ont été parmi les principaux artisans.

Où est donc partie la Société Civile des principes ? Peut-elle aujourd’hui se défaire des intérêts financiers pour un combat des valeurs malgré la présence des millions des dollars et le jeu des acteurs internationaux présents en République Démocratique du Congo ?

Lire aussi: Sud-Kivu : 82 organisations de la Société Civile réitèrent leur désaveu de Tommy Tambwe au PDDRC-S

Les autres structures citoyennes connues pour leur engagement en faveur de la justice transitionnelle sauront-elles mordre à l’hameçon et choisir de baisser les bras face à cette tentative de vouloir imposer un ex rebelle à la tête d’un aussi grand programme ? Les prochains jours seront déterminants ! C’est l’histoire du Congo qui s’écrit !

Janvier-Max Kakule, depuis Goma
Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.