Transport en Commun à Bukavu : le casse-tête!

Taxi - Bukavu- transport
Des véhicules stationnés devant le bureau de Coordination de la Société civile du Sud-Kivu. Ph. LaprunelleRDC.info

La ville de Bukavu est butée à des sérieux problèmes de transport ces derniers temps. Vers les soirs ils sont nombreux, des habitants sur les ronds-points de la ville attendant le moyen de transport difficile à trouver.

Pour certains transporteurs, les embouteillages observés sur certains tronçons seraient la cause de cette situation. Sur la route place de l’Indépendance-Bagira, il s’observe des embouteillages au niveau de l’hôpital général de référence de Bukavu et au niveau de l’entreprise Bralima.

Si les embouteillages au niveau de l’Hôpital Général sont causés par les conducteurs de taxi-bus qui stationnent à cet endroit, ceux de l’entreprise Bralima sont plutôt causés par les camions en stationnement à cet endroit.

« Chaque soir ces camions bloquent la route pendant des heures et nous empêchent de circuler librement », fait savoir un transporteur trouvé sur place. « Les transporteurs de cette société conduisent comme ils veulent sans respecter le code de la route », renchérit-il.

Cette situation pousse les conducteurs à déserter ce tronçon routier, poussant des milliers des passagers sur la route où ils sont victimes de vol et autres abus.

La route dans une situation de délabrement

Plusieurs tronçons routiers de la ville sont dans un état de délabrement très avancé. C’est le cas de la route place de l’Indépendance-Gendarmerie (Cimpunda). Cette route connait des sérieux problèmes au niveau de la place dite Kaduru, à l’entrée du stade du stade de la Concorde et à l’endroit appelé « Yesu yesu ».

La route industrielle connait aussi des sérieux problèmes à côté du dépôt central de la Bralima. Chez Kibonge, une route qui relie le marché de Kadutu à Essence-Major Vangu est également impraticable.

Lire aussi: Bukavu: hausse du prix du transport en commun

Des travaux de réhabilitation de certaines routes sont aux arrêts, comme la route place Mulamba-Ruzizi 1 et la route place Mulamba-Muhumba.

Cette situation de la route est aussi une des causes avancée par les transporteurs qui font savoir qu’il est difficile d’emprunter certains tronçons vers les heures du soir. Plusieurs chauffeurs s’engouffrent sur les routes praticables, ce qui crée des bouchons et rendent la circulation difficile.

Le prix multiplié par deux

Alors que le prix de transport est fixé selon le tronçon, il varie également selon qu’on prend le taxi, taxi-bus ou une moto. Les transporteurs augmentent systématiquement le prix, qui passe du double au triple le soir selon le bon vouloir du chauffeur.

La ligne Place de l’indépendance-Bagira dont le prix est de 500 FC passe à 700 voire 1000 FC à partir de 16 heures. Le taxi quant à lui se négocie entre 1000 et 1500 FC voir 2000 de la place de l’indépendance à Nguba alors que le prix normal est de 500 FC.

La pluie est aussi un facteur de hausse de prix de transport dans la ville de Bukavu. Il se fait que quand la pluie tombe, le premier réflexe des conducteurs est de hausser le prix de transport.

Lire aussi: Sud-Kivu: les agences de transport Bukavu-Bujumbura avertissent qu’elles ne vont pas lever la grève sans avoir une solution à leurs revendications

Cette situation a des conséquences sur la vie des habitants moyens dont la situation de vie déjà  précaire a été accentuée par la pandémie à coronavirus. Ils ne comprennent pas le silence des autorités sur ce problème et les appellent à agir.

« Si seulement nos autorités pouvaient avoir pitié de notre situation et résoudre ce problème de transport», crie une femme débout à la place de l’Indépendance de Bukavu, sous la pluie et qui ne sait pas comment se rendre chez-elle.

Thomas Uzima

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.