Tatiana Mukanire «Je sais qui sont mes bourreaux, je suis témoin, je suis une preuve vivante que des crimes les plus graves ont été commis»

Tatiana Mukanire
Tatiana Mukanire

Sans s’adresser à Paul Kagame, le Président Rwandais qui a soutenu qu’il n’y a jamais eu de massacres à l’Est de la RDC, Tatiana Mukanire, Coordonnatrice du Mouvement National des Survivant.e.s des Violences Sexuelles en RDC; dit connaitre qui sont ses bourreaux, étant elle-même témoin et une preuve vivante que des crimes les plus graves ont été commis en RDC. Selon elle, même des morts enterrés dans des fosses communes sont des preuves de ces massacres.

«Les morts enterrés dans des fosses communes sont aussi des preuves, ils ne pourront jamais parler, mais, nous, survivants de ces cruautés; nous allons parler, témoigner. Nous allons vous forcer tous à redevenir humains et à reconnaitre les torts que vous nous avez causé. Sans cela, nous ne pourrons pas parler de réconciliation. Sans cela, nous ne pourrons pas parler de paix,» pense Tatiana Mukanire.

Et d’ajouter: «Devrons-nous étaler, déterrer tous ces morts et les exhiber à la face du monde pour que les gens comprennent ? Des personnes se permettent de cracher sur la mémoire de nos frères, de nos sœurs, de nos enfants. Nous avons été souillées par des viols commis par ces mêmes personnes qui voudraient changer notre histoire aujourd’hui

Lire aussi RDC: colère et indignation après des propos « négationnistes » et « désobligeants » de Paul Kagame sur les crimes à l’Est et contre le Docteur Mukwege

Tatiana Mukanire demande qui a attaqué la ville de Bukavu, en provenance des hauts plateaux de Baraka en 1996. Ou qui a envahi le territoire de Mwenga, le village de Kasika en 1998 ? Et qui a attaqué les camps des réfugiés de Ishungu et Kashusha en 1996 ?

«En 2004, lors de l’insurrection de Bukavu, j’ai été violée, je me rappelle des visages, de cette douleur sans nom; comment ils ont assassiné des membres de ma famille. J’ai vu des morts, j’ai vu des larmes couler et j’ai senti la peur, une peur qui ne quitte plus. Mépriser la mémoire des victimes congolaises, nier l’histoire des crimes commis au Congo, c’est vouloir cracher la réalité. Mais l’histoire est têtue, et l’on ne cachera jamais la vérité,» renchérit-elle. 

Celle-ci affirme que tant qu’elle vivra, elle n’acceptera pas le déni de l’histoire de l’Est de la RDC.

Abiud Olinde

Etiquettes:

11 commentaires

  1. Ensemble nos voix sont plus forte que le silence. Nous allons hausser nos voix sans peur ni honte pour que justice soit faite. Merci Tatiana pour ton courage.

  2. Vous oubliez les massacres de 1999 à Makobola dans la zone d’Uvira à l’est de la RDC faite par les soldats Rwandais de la RCD de Azarias Ruberwa.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.