Fizi : des affrontements sanglants entre miliciens à Bibokoboko

nyarugabo - dycod - moyens plateaux - enock sebineza - affrontements - bibokoboko - activités kangovyo - Mboko-Butale-femmes-Banyamulenge-Buguma-Fizi Uvira-bases-Yakutumba-incursions-MSF Baraka-présumés-personnes-Fizi - assassinées - Lusenda
Village Bibokoboko en territoire de Fizi au Sud-Kivu. Ph. Laprunellerdc.info

Des affrontements sanglants sont rapportés depuis deux jours entre deux groupes des miliciens à Bibokoboko et Magunga dans les Moyens Plateaux du territoire de Fizi au Sud-Kivu.

Selon des informations parvenues à LaPrunelleRDC.info, ces combats c’est entre une coalition des miliciens Maï-Maï et les Twirwaneho.

A ce jour, plusieurs dégâts humains et matériels sont déjà rapportés. Le bilan humain fait état d’au moins 3 civils tués dans ces affrontements sanglants. Un peu plus selon des sources de la Communauté Banyamulenge.

Des organisations de défense des droits de l’homme dans la région d’Uvira et Fizi rapportent également que plusieurs maisons ont été brulées par des miliciens maï-maï dans beaucoup des villages. Résultat : des centaines de familles ont choisi de quitter la région pour se réfugier dans des endroits supposés sécurisés comme Baraka et ailleurs.

Lire aussi: Fizi : 3 personnes tuées et 3 kidnappées en juillet dernier (RLPC)

« A l’heure où je vous écris ce message, 16 heures de Bukavu, quelques dizaines de personnes ont été tuées depuis deux jours, d’autres disparues ou errent dans la brousse, tous les grands villages banyamulenge, 13 en tout sont en train d’être brûlés un a un. Des centaines des vaches emportées par les assaillants », écrit Enock Sebineza, un notable de la Communauté Banyamulenge qui s’adresse directement au Gouverneur du Sud-Kivu dans un message relayé sur les réseaux sociaux.

Enock Sebineza accuse le Secteur Opérationnel Sukola2 des FARDC à Uvira d’avoir « dégarni » la région en retirant tous les militaires de Bibokoboko sous prétexte d’un déploiement militaire « comme pour laisser place aux attaques maï-maï ».

Pour l’instant, la situation sécuritaire est confuse dans la région et les raisons de ces affrontements à Bibokoboko et environs non encore élucidées. Les acteurs sociaux et défenseurs des droits humains appellent à protéger les populations civiles victimes de cette situation malheureuse dans une région confrontée à l’activisme des groupes armés aux revendications à caractère tribal et ethnique

Jean-Luc M.

Etiquettes:

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.