Travaux des 100 jours David Blattner de SAFRICAS interpelé par la justice

Enquêtes David Blattner SAFRICAS
David Blattner

Le directeur général de l’entreprise SAFRICAS, David Blattner, a été interpelé ce mercredi soir au parquet général près de la cour d’appel de Gombe dans le cadre des enquêtes sur les sorties de fonds sur les travaux des sauts de mouton

« Sa société avait plus de travaux à faire que d’autres et a même eu à sous traiter d’autres chantiers », indique a TOP’CONGO FM une source judiciaire proche du dossier.

On cite notamment les chantiers de Debonhomme, de « Pont Gabu », où aucun travail n’a commencé jusqu’ici.

Il ne sera pas le seul à être interpelé, « tous ceux qui seront impliqués, sans arbitraire, et quelque soit leur rang, seront interpelés », assure cette source judiciaire qui préfère garder l’anonymat.

« Tous ceux qui sont habitués aux anti valeurs et aux pratiques maffieuses doivent revoir leurs pratiques ».

Les nouveaux magistrats nommés par le président Tshisekedi assurent qu’une « nouvelle ère de la justice a désormais commencé ».

Dans le compte-rendu du conseil des ministres de jeudi 20 février, le porte-parole du gouvernement, Jolino Makelele, a fait savoir que le vice-premier ministre, ministre en charge de la justice a informé le conseil que David Blattner reste en détention pour des raisons d’enquêtes.

Le parquet près la Cour d’appel a été instruit le numéro 1 de la justice pour faire manifester la vérité dans cette affaire des sauts-de-mouton qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive.

D’après les premiers éléments de l’enquête, Safricas a reçu plusieurs chantiers comme celui de Debonhomme sans pour autant l’exécuter.

Plusieurs autres chefs d’entreprises retenus dans le programme de 100 jours notamment de l’Office des routes et de l’Office de voirie et de drainage ont été auditionnés par le procureur avant d’être relâchés.

Le vice-premier ministre, ministre de la justice a rassuré le gouvernement que l’enquête ira jusqu’au bout.

« L’heure de l’impunité est révolue », a martelé Célestin Tunda avant d’affirmer que la nomination de nouveaux animateurs dans l’appareil judiciaire devra donner un nouveau souffle à la justice congolaise.

Avec mediacongo.net

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.