Sud-Kivu : à Bukavu, des centaines d’habitants de Mumosho disent non à la « spoliation » de leurs champs

bureau de coordination
Des habitants et ressortissants de Mumosho devant le bureau de la Police à Bukavu. Ph. Laprunellerdc.info

Des habitants victimes de «spoliation » de leurs terres dans le  groupement de Mumosho dans le territoire de Kabare ont répondu présent à l’invitation de la police judiciaire ce mercredi 26 février 2020.

Ceci suite aux conflits fonciers qui oppose la population de Mumosho à Janda Bakulikiranguma qui est accusé par cette population comme «spoliateur » des concessions des paisibles citoyens et habitants de Mumosho.

Selon Amani Matabaro, représentant de la solidarité de ressortissants de Mumosho vivant à Bukavu, en 2009 Janda Bakulikiranguma avait acheté une concession à la Pharmakina dans le groupement de Mumosho, au fur et à mesure celui-ci a franchi les limites jusqu’à occuper, «même d’une manière illégale » les champs des paisibles citoyens.

Celui-ci fait savoir qu’après des dénonciations, manifestations et multiples résistances de la population, Janda Bakulikiranguma a saisi la police judiciaire.

« Nous sommes ici pour répondre à l’invitation de la police judiciaire. Janda Bakulikiranguma avait acheté une concession des terres à la pharmakina à Mumosho, mais aujourd’hui il a dépassé les limites qui étaient bien respectées par la Pharmakina, et veut récupérer les champs des habitants mais, nous habitants, disons non » précise Amani Matabaro.

Amani Matabaro souligne que toutes les concessions «spoliées » par Janda Bakulikira étaient occupées par les habitants de cette entité, depuis des siècles.

« Savoir si Janda  qa les documents ou pas, pour nous c’est un non-événement, par ce que nous sommes dans un pays où l’injustice bat son plein, un pays où c’est beaucoup plus la loi de la force au lieu de la force de la loi, les documents on peut les acheter n’importe où, nous croyons que c’est qu’a fait Janda » estime-t-il.

Ces habitants demandent à la justice de faire mieux son travail, afin que Janda Bakulikira puisse respecter scrupuleusement les limites.

« Et comme le dossier est déjà entre les mains de la justice, nous croyons que la justice va bien faire son travail et remettre chaque habitant de Mumosho dans son droit » souligne Amani Matabaro.

En présence de la police judiciaire, accompagnée par le député national Alfred Maisha, ces habitants ont été renvoyés, prenant rendez-vous pour le vendredi prochain, parce que seules 4 personnes représentant la population victime étaient invitées, mais par une grande surprise la police judicaire s’est retrouvée devant toute une foule.

Jöel Mugisho

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.