Nord-Kivu: le CIDDHOPE exige l’arrestation des auteurs, coauteurs ou complices de kidnappings et meurtres sur l’axe Nyakakoma–Ishasha

kyasenda - FARDC Nord-Kivu: le CIDDHOPE exige l'arrestation des auteurs, coauteurs ou complices de kidnappings et meurtres sur l’axe Nyakakoma–Ishasha
Vue sur Kibirizi dans le territoire de Rutshuru. Ph. Esther Nsapu/La Libre

Dans un communiqué de presse signé le 19 février dernier, le Cercle International pour la Défense des Droits de l’Homme, la Paix et l’Environnement (CIDDHOPE) est revenu sur la situation sécuritaire dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

Selon cette organisation de défense des droits de l’homme, le mois de février en cours a connu plusieurs cas de tentatives des meurtres, enlèvements et extorsions des biens contre les civils sur l’axe Ishasha–Nyakakoma par les hommes armés qui seraient commandés par Messieurs Gloire Satadi,  Katuleve Malyene et leurs complices.

Elle illustre cela par le fait qu’en date du 19 février 2020, un conducteur de vélo transporteur de la braise a été blessé par deux balles au niveau de sa poitrine dans l’axe Ishasha–Nyakakoma en plein parc national des Virunga par les présumés auteurs précités. 

Elle ajoute que le même jour, un taximan moto a été enlevé en cours de route non loin de Kicwayatembo sur l’axe Ishasha–Nyakakoma alors qu’il revenait de Goma, qui jusque-là  demeure en captivité et sa libération est subordonnée au payement de 3000$ par la même équipe.

Le CIDDHOPE renseigne également qu’en date du 21 février 2020, en brousse dans le même lieu de captivité, l’une des victimes gardées en captivité depuis le 10 février 2020 a reçu une balle au niveau du genou du fait de ses ravisseurs. Par la suite, ces mêmes kidnappeurs auraient transporté la victime et l’auraient abandonnée juste à l’entrée à plus ou moins 2 mètres du village de Nyakakoma.

Tenant compte de tous ces éléments, le CIDDHOPE demande à l’Auditeur Militaire Supérieur près la Cour Militaire du Nord-Kivu, le Directeur Provincial de l’ICCN et Chef de Site du Parc national de Virunga ainsi que les responsables des services de sécurité en province à s’impliquer chacun selon ses attributions,  en ouvrant des poursuites judiciaires  » promptes, indépendantes et impartiales »  contre les auteurs, coauteurs ou complices pour que cessent ces faits infractionnels.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.