Nord-Kivu: le CIDDHOPE exige des enquêtes sur des «graves allégations de viol et torture» par un Colonel PNC à Lubero

Miriki-vuhoyo-Kasugho- Lubero-vusamba - détraqué mental - état de siège-kirumba-infirmiers-Lubero-présumé-voleur-Nord-Kivu - miriki
centre de Miriki en territoire de Lubero. Ph. Laprunellerdc.info

Le Cercle International pour la Défense des  Droits de l’Homme, la Paix et l’Environnement (CIDDHOPE); demande à l’Avocat Général près la Cour Militaire Opérationnelle du Nord-Kivu d’ouvrir urgemment des enquêtes judiciaires promptes; impartiales et  indépendantes, sur des graves allégations de viol et torture contre deux dames; qui seraient commis par un Colonel de la Police Nationale Congolaise, son épouse et sa fille; dans le territoire de Lubero au Nord-Kivu.

Dans un communiqué de presse publié ce 21 septembre 2020, cette organisation renseigne que le 16 septembre dernier; le Colonel Nyombi Kotakoli aurait torturé une dame qui avait été invitée à une fête organisé par lui.

«En date du 16 septembre 2020, vers 19 heures, une fête de baptême à laquelle deux  Demoiselles aussi été invitées à prendre part; aurait été organisée au logement MON VILLAGE  appartenant au Colonel NYOMBI. Lors de la mise en place des invités, l’une de demoiselles qui serait accompagnée de son copain; aurait été sommée de sortir de la  salle de fête du Colonel Nyombi. Comme son copain était logé dans le même  logement, il l’aurait emmené dans sa chambre pour sa protection. Quelques minutes plus  tard, le Colonel Nyombi Kotakoli aurait surgi dans la chambre où se cacherait la victime; et lui aurait assené une dizaine de coups de gifles au motif qu’elle est avec un autre copain; alors qu’elle serait son ancienne copine.» raconte ce communiqué.

Lire aussi Nord-Kivu: un convoi humanitaire attaqué par des inconnus armés à Lubero

Par la suite, poursuit-il, l’épouse du Colonel aurait été informée que la demoiselle est l’ancienne copine de son mari. Elle aurait ainsi terrassé la 2ième victime par terre, en lui administrant des coups de poing; au motif  qu’elle serait amie de son ancienne rivale. «Le Colonel NYOMBI KOTAKOLI est allé à sa poursuite. Il l’aurait rattrapée, frappée à l’aide d’une tranche d’arbre avant de l’abandonner sur le lieu.» dit le CIDDHOPE.

En ce qui concerne l’infraction du viol, cette organisation de défense des droits humains indique que l’épouse du Colonel et sa fille; ont recherché et trouvé la dame, ancienne concubine du Colonel, et lui auraient administré des coups; avant d’introduire des objets dans son organe génital.

«Par la même occasion, la première victime aurait été recherchée et dénichée par  Madame Colonel et sa fille du nom de Divine. Une somme de 40$, un téléphone marque itel et les boucles d’oreilles en or; seraient préalablement extorqués à la victime par ces dernières. La victime aurait été tabassée jusqu’au sang, déshabillée. L’épouse et la fille du Colonel Nyombi Kotakoli lui auraient écarté les jambes; avant d’introduire les objets ou les doigts dans son appareil génital au motif qu’elle serait  rivale de l’épouse du Colonel. La victime n’aurait trouvé le salut que grâce aux  personnes éprises de générosité; qui l’ont précipitée à l’hôpital général de référence de Lubero dans un état critique; où elle a été admise aux soins extensifs.» indique cette organisation.

Le CIDDHOPE dit avoir contacté à plusieurs reprises le Colonel incriminé, mais il a rejeté ses appels. Outre les enquêtes; l’organisation demande à ce que ce Commandant de la Police en territoire  de Lubero soit arrêté et conduit devant la justice; pour qu’il réponde de ses actes.

Museza Cikuru

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.