Clôture du Ramadan à Kinshasa: les mineurs auteurs des violences seront jugés devant les Tribunaux pour enfants

Ramadan
Heurts lors de la fin du Ramadan à Kinshasa

Le Gouvernement congolais annonce qu’au regard de la violence qui a caractérisé les incidents de jeudi dernier lors de la fin du Ramadan, des mesures urgentes ont été prises; notamment l’organisation en flagrance d’une procédure judiciaire à charge des auteurs des violences décriées. Les mineurs eux, seront jugés devant les tribunaux pour enfants.

Lors du Conseil des Ministre présidé ce vendredi par le Premier Ministre Sama Lukonde; il a également été décidé de la suspension de l’Administrateur Général du Stade des Martyrs; pour sa responsabilité dans la double perception des frais d’occupation du stade par les deux camps antagonistes au même endroit et au même moment.

Selon le Compte-rendu de cette réunion, fait par le Ministre de la Communication; le Gouvernement annonce la poursuite des investigations pour déceler toutes les complicités éventuelles.

«Le Premier Ministre a suivi avec peine, alors qu’il séjournait dans le Haut-Katanga et le Lualaba; les incidents qui ont émaillé la célébration de la fin du Ramadan au stade des Martyrs de la Pentecôte à Kinshasa. Après en avoir informé le Chef de l’Etat, le Chef du Gouvernement a instruit la Vice-Première Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable; de tenir en urgence une réunion du Conseil de sécurité pour passer en revue cette situation et prendre les mesures qui s’imposent. Il a, sur ce point, donné la parole à la Vice-Première, Ministre de l’Environnement qui a expliqué le contexte ayant conduit à ce dérapage. Il s’agit d’un conflit persistant de leadership entre deux ailes de la Communauté Islamique en RDC (COMICO). Malgré l’implication du Gouverneur de la Ville de Kinshasa à la veille de la célébration, les deux camps n’ont pas pu s’accorder,» dit le Compte-rendu.

Selon le Gouvernement, le bilan recueilli ce vendredi matin fait état du décès d’une dame de 81 ans; à l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa (ex-Maman Yemo), subséquemment à ces tristes événement.

«A l’issue des heurts entre les forces de l’ordre et quelques fidèles musulmans inciviques, on dénombre quarante-six  Policiers blessés; dont huit sont dans un état grave et un en soins intensifs. Ce dernier a été lynché et a essuyé des coups de tout genre;» dit le Gouvernement, selon lequel Onze véhicules d’intervention de la Police ont été sévèrement endommagés et un a été totalement calciné. 

La Ministre de la Justice et Garde des Sceaux a été chargée de proposer au Gouvernement des mesures à prendre pour sanctionner les personnes responsables; qui auraient contribué de quelque manière que ce soit à déclencher de cette situation.

Mais déjà ce samedi, trente personnes ont été condamnées à mort pour leur participation à ces violences contre la Police, ayant marqué jeudi la fin du ramadan à Kinshasa. Il y avait 41 prévenus au total. 31 ont été condamnés dont 30 « à mort », un seul à 5 ans pour « rébellion, 5 acquittés et 5 mineurs renvoyés, le tribunal s’est déclaré incompétent pour leur cas. Le verdict a été prononcé au petit matin de ce samedi 15 mai 2021, dans le cadre d’un procès en flagrance tenu depuis ce vendredi à cet effet.

Museza Cikuru

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.