Bukavu: la Société Civile exige une audience foraine en flagrance, après une fusillade qui a fait deux victimes ce vendredi à Panzi

Panzi-fusillade
Kamagema au Quartier Panzi en commune d'Ibanda. Ph. Laprunellerdc.info

La Société Civile sous-noyau de Panzi exige l’ouverture d’une audience foraine en flagrance, après que des policiers aient grièvement blessé deux jeunes filles, dans une fusillade qui a eu lieu ce vendredi 2 juillet au quartier Panzi, dans la commune d’Ibanda à Bukavu.

Selon cette structure citoyenne, ces enfants de 8 et 14 ans ont été atteintes par balles, et acheminées à l’hôpital de Panzi.

L’incident est survenu lors d’un déguerpissement d’une famille de son habitation; par des agents du Parquet accompagnés des éléments de la Police. Ces derniers ont tiré des balles, après une résistance des habitants et des membres de cette famille.

«Nous demandons aussi la prise en charge des victimes pour que justice soit faite. Et la tenue des séances régulières de permutation des éléments de la police au profit de la population. Si rien n’est fait dans les 72 heures, la population de Panzi en colère va rompre la collaboration avec la Police; qui s’écarte de leur concept de base -Police de proximité-» dit la Société Civile de Panzi, dans une correspondance adressée à l’Auditeur Général de Garnison militaire de Bukavu.

Signalons que ce même vendredi, les policiers à la base de cette fusillade ont été appréhendés, et acheminés au Cachot du Commissariat urbain de la PNC. Cette situation a été à la base d’une manifestation spontanée des habitants de ce quartier devant le bureau de la Police à Panzi. Ils exigent que les auteurs de ces actes soient jugés conformément à la loi.

Abiud Olinde

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.