Beni: 30 personnes inconnues en provenance de l’Ouganda réfusées d’entrée par des habitants à Watalinga

village - mwenda - beni - fardc - monsco. femmes enlevées

Au total 30 personnes parmi lesquelles 9 femmes, deux garçons et plusieurs enfants de moins de 18 ans ont été interceptées ce vendredi 11 septembre 2020, à la frontière congolo-ougandaise au niveau de Lamia, dans la chefferie de Watalinga, en territoire de Beni (Nord-kivu).

D’après les sources administratives locales ces personnes inconnues venues de l’Ouganda ont été contrainte de rebourser chemin après une forte mobilisation populaire contre leur entrée sur le sol congolais à travers ce poste.

Le Mwami Saambili Pascal de la chefferie de Watalinga, qui s’est lui même rendu sur le lieu pour éviter le pire n’ a pas manqué de conscientiser ses administrés pour éviter une justice populaire.

Celui-ci Explique que ces personnes venues de l’Ouganda seraient venue de l’Ituri, en passant par l’Ouganda et voulaient selon eux regagner leur milieu d’origine qui est Masisi.

Cette autorité coutumière s’est également opposée a l’entrée de ces personnes motivant sa position par par la maladie à Coronavirus qui pousse la fermeture des frontières.

«C’est une délégation de 30 personnes constituée des femmes enfants et deux jeunes garçons. On se pose la question qu’est ce qu’ils viennent chercher ici. Ils disent qu’ils étaient venus de Masisi, pour cultiver. Aparement ils étaient en RDC, dans l’ex-province orientale. Ils étaient passer à Boga, Chabi jusqu’à traverser vers l’Ouganda. Nous leur avons dit s’ils veulent réellement regagner chez eux ils doivent continuer vers Bunagana, ou on peut facilement atteindre Masisi, mais pas ici , car nos conditions par rapport à covid-19 ne sont même pas réunies», explique le Mwami Pascal.

Cette situation a été à la base d’une vive tension dans cette partie. Des habitants en colère sont descendus pour envahir le poste de Lamia dans le souci d’en finir avec les incriminés.

La société civile locale invite la population à l’apaisement car les autorités n’ont pas aussi accepté l’entrée de ces sujets.

Roger Kakulirahi, depuis Beni

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.