Walungu : “Nous n’allons pas continuer à payer des taxes à un gouvernement qui ne sait pas nous sécuriser” dit Amato Bayubasire

5 Views

Amato Bayubasire Mirindi s’insurge contre l’insécurité qui a élu domicile dans le territoire de Walungu alors que les citoyens continuent à payer les taxes aux gouvernants. Pour lui, un soulèvement populaire risque de toucher ce territoire si rien n’est fait.

Dans une interview accordée  à l’envoyé spécial de Laprunellerdc.info à Ikoma, quelques heures après le meurtre de deux jeunes d’une même famille à Ikoma,  il affirme qu’il n’est pas question de continuer à payer les taxes à un gouvernement qui ne sécurise pas la population.

« J’estime que nous n’allons pas continuer à observer passivement la mort de nos frères et sœurs. La population de Walungu va se mettre debout et exiger sa sécurité. Nous n’allons pas continuer à payer les taxes à un gouvernement qui ne sait pas honorer sa principale mission. Une révolte populaire est possible bientôt dans le territoire de Walungu. Quand nous dénonçons l’insécurité, nous devenons une cible des services de sécurité. Ma résidence à Bukavu a été sous surveillance des certains agents. J’ai d’ailleurs déposé une plainte auprès de l’Auditeur Supérieur contre un lieutenant militaire du régiment 3415 que j’avais retrouvé surveillant ma résidence. Il a été arrêté pendant 3 jours puis relâché sans que procès s’en suive. C’est ici l’occasion de dénoncer le fait que les bandits sont arrêtés à Walungu par la population mais dès que remis à l’armée ou à la police ils sont libérés. Il n’y a pas un mois que les jeunes d’Ikoma avaient appréhendé un bandit évadé de la prison centrale de Bukavu; la police et l’armée s’en sont disputées la détention, la même nuit il s’est envolé dans la nature. Voilà qui décourage la population. Mais entre temps ils chantent jour et nuit que la population doit dénoncer les malfrats que eux même libèrent » dit-il.

Pour ce ressortissant de Walungu, les propositions remises à l’autorité provinciale pour mettre fin à l’insécurité dans cette partie de la province sont restées lettre morte. Il dénonce par ailleurs le manque par les forces de sécurité, des moyens financiers leurs permettant d’agir.

 « L’autre problème, c’est le moyen financier qui n’arrive pas auprès des services. J’ai vu un colonel de l’armée dont la moto n’a pas de carburant. Comment vous voulez vous qu’il intervienne? Nous avions rencontré le Gouverneur, nous lui avons remis un mémorandum avec propositions des solutions, un mois après ses promesses ne sont pas exécutées. La solution durable, ce sont les élections, pour mettre un nouveau leadership à la tête du pays » tranche t-il.

Le territoire de Walungu n’est pas épargné par le regain d’insécurité qui touche la province du Sud-Kivu.

La soirée du vendredi 16 mars, une femme a été tuée au centre du territoire de Walungu. Le même jour que le ministre provincial de l’intérieur venait lancer l’opération Tujikige. La tuerie a eu lieu quand le ministre se trouvait encore à Walungu.

Ce jeudi 28 mars, vers 23h, les hommes en armes se sont introduits dans plusieurs maisons dans les groupements d’Ikoma et Lurhala.
A Ikoma, Ils ont tué Messieurs Bonheur et Akibariki Namisengi, grand et petit frères après avoir pillé argent et autres biens de valeur. Trois autres familles ont été visitées à Ikoma., À Mugogo, c’est la famille Kadigi qui a été pillée par ces malfrats pour la deuxième fois en l’espace de deux mois.

A Kahanda, la population a pourchassé les bandits qui tentaient d’opérer.

Ce jeudi, pendant les cérémonies d’inhumation, les enfants ont alerté avoir trouvé une arme cachée dans un trou et enveloppée dans le tricot de Monsieur Bonheur, une des victimes. 

Amato Bayubasire témoigne que le Commandant bataillon de Walungu qui était sur le lieu à ses cotés a attesté après vérification que c’est l’arme qui a tué. « Les cartouches du chargeur sont les mêmes que les douilles retrouvées sur le lieu du crime » disait le commandant cité par Amato.

« Voilà une belle piste pour rechercher les auteurs du crime. Mais quel gouvernement va le faire? Ils sont dans un profond sommeil » regrette-t-il.

Adonis Lubambo

Partager cet Article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )