Vital Kamerhe: «en matière de rigueur dans la gestion, ils n’ont pas de leçon à donner, ils doivent simplement se taire»

69 Views

Vital Kamerhe ne veut pas remuer le couteau dans la plaie, mais il tient coûte que coûte à défendre le bilan de l’actuel Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo mais également sa réputation de «bon gestionnaire».

Alors qu’il tente de se faire discret depuis plusieurs mois, c’est lors de la clôture du séminaire de formation des communicateurs de son parti l’UNC vendredi dernier à Fatima que Kamerhe profite pour « répondre» à ses détracteurs.

Non seulement qu’il rejette les accusations de détournement dans l’affaire 15 millions de dollars américains issus des produits pétroliers mais il regrette également que ce soit les mêmes qui ont travaillé sur ce même dossier qui décident de l’amplifier sur la toile.

Il loue par ailleurs le travail fait jusque-là par son allié, le chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, dit-il, fait des grands travaux sans des gros moyens. Un exemple qu’il demande aux détracteurs de suivre en demandant comment ils ont fait.

 «Au lieu de se focaliser sur le fait de voir un président de la République, (sans attendre le délai de grâce) commencer les grands travaux sans des gros moyens et poser des questions comment vous avez fait. Allez demander le prix d’une seule passerelle, vous comparez avec le prix d’un saute de mouton qui est vers Echangeur et à ce moment-là vous verrez la rationalité se trouve de quel côté. Allez demander le prix de Bukangalonzo. Si cet argent de Bukangalonzo pouvait être rétribué aux 26 provinces à quotité égale, chaque province allait rayonner. Les Gouverneurs ne seraient pas sous les palmiers, les juges ne seraient pas à pieds…je peux vous citer plusieurs dossiers comme ça…mais ce n’est pas le moment de remuer le couteau dans la plaie» tacle Vital Kamerhe.

A ses détracteurs d’ailleurs, Vital Kamerhe rappelle non seulement des dossiers comme Bukangalonzo, le contrat chinois mais également son passage à la tête de l’Assemblée Nationale. Il leur demande de «se taire», n’ayant pas de leçon à donner.  Celui-ci rappelle par ailleurs que la Coalition FCC-CACH n’a qu’un seul chef : le président Tshisekedi.

«Je voudrai demander aux amis qui ont tenus leur forum quelque part : en matière de gestion, en matière de rigueur dans la gestion, ils n’ont pas de leçon à donner, ils doivent simplement se taire….Il y a beaucoup de dossiers que nous pouvions, en arrivant au pouvoir, exhumer mais au nom de la paix et parce que nous, nous ne sommes pas là pour juger ce que les autres ont fait, nous voulons montrer ce que nous pouvons faire avec les mêmes puisque étant maintenant en coalition, donc la sérénité, la respectabilité, la cohésion…regarder dans la même direction, puisque désormais nous n’avons qu’un seul chef qui s’appelle Félix-Tshisekedi Tshilombo. Voyons voir ce qu’il va faire et l’Assemblée Nationale va jouer son rôle, le Sénat va jouer son rôle…

Il exhorte Cap pour le Changement (UNC, UDPS) mais également le FCC à regarder d’abord le peuple congolais.

“Nous passons beaucoup de temps dans les invectives, les injures alors que le peuple, en nous voyant ensemble, a dit cette fois-ci c’est la bonne. Ensemble, donnons le sourire au peuple congolais » dit-il encore.

Jean-Luc M.

Partager cet Article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin

COMMENTS

Wordpress (2)
Disqus ( )