Tuerie des pygmées en Ituri: le député Jackson Ausse exige des enquêtes

Jackson Ausse
Jackson Ausse

Le député national Jackson Ausse, élu du territoire d’Irumu condamne la récente tuerie des dizaines de civils; en majorité pygmées à Abembi, dans ce territoire de la province de l’Ituri.

Ce cadre d’Ensemble pour la République l’a dit à la presse de Goma dimanche dernier. Selon lui, le récent massacre qui s’est déroulé en Ituri relève d’un caractère particulier du fait qu’il a touché un peuple minoritaire.

Ce député estime que cette situation devrait interpeller les autorités à tous les niveaux; de façon à prendre en priorité la question de la recrudescence de l’insécurité qui bat son plein dans cette partie de la province.

Ce dernier évoque la multiplicité des groupes armés, couplée de l’inadaptation des services de sécurité. Il fustige aussi l’effectif réduit des éléments de l’ordre; qui pour lui n’ont pas encore réussi à juguler l’insécurité.

«Je vais avec les services de sécurité sur place, identifier les causes profondes de  cette tuerie parce que ce n’est pas tombé du ciel. J’exige aussi des enquêtes parce qu’on ne peut pas tuer les pygmées, les enterrer et qu’on se taise comme ça. Parce que quand les groupes armés, les ennemis prennent les dessus sous les yeux des services de sécurité; donc ça devient compliqué et je crois saisir le conseil provincial de sécurité pour des enquêtes; afin que les responsabilités soient établies.» dit-Il.

 Aussi, Jackson Ausse plaide pour le renforcement de l’effectif des services de sécurité dans cette partie. «Je pense que c’est inadéquat, les armes ne peuvent être maitrisées que par les armes et par conséquent, le levier militaire est aujourd’hui urgent en Ituri. Parce que les gens meurent, on tue ça et là. Je pense qu’il faut une riposte qui doit être proportionnelle à la menace. Ce qu’il faut c’est le renforcement de nos forces armées et leur donner la logistique capable d’être à la hauteur de la menace.» a ajouté Ausse.

 Il propose une sensibilisation de la population et des jeunes en particulier de se désolidariser des groupes armés; tout en dénonçant les mouvements inhabituels et suspects auprès des autorités compétentes.

Rappelons qu’au moins 46 pygmées avaient récemment été tués dans la région d’Abembi en territoire d’Irumu; lors d’une attaque attribuée à un groupe d’hommes armés non encore identifiés la semaine passée.

Freddy Ruvunangiza, depuis Goma

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.