Tensions FCC-CACH : la NDSCI craint des répercussions sur le plan politique et sécuritaire

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile en République Démocratique du Congo (NDSCI) dit suivre avec grande déception l’actualité politique au pays, caractérisée par une certaine agitation, suite aux différentes confrontations médiatiques aux quelles se livrent depuis un moment des acteurs politiques du Front Commun pour le Congo (FCC) et ceux du Cap pour le Changement (CACH).

Dans une déclarations publiée ce Mercredi 13 Novembre 2019, cette structure citoyenne indique qu’elle craint que cette situation n’entraîne des graves répercussions tant sur le plan politique que sur celui sécuritaire, avec un risque de confrontation entre les militants de ces deux familles politiques.

Pour elle, ces comportements et pratiques « indignes » de la classe politique Congolaise prouvent à suffisance que ceux qui dirigent n’ont aucune considération ni souci de redevabilité envers la population congolaise.

 »Il ne se passe plus un ou deux jours sans que l’opinion publique tant nationale qu’internationale ne soit vexée par des sorties médiatiques et politiques des membres desdites familles politiques. Ce qui étonne davantage c’est le fait de voir cette guerre toucher aujourd’hui les plus hautes instances de ces adversaires d’hier, mais qui sont aujourd’hui alliés et partenaires. Alliance contre nature ou simple mésintelligence entre alliés, s’interroge l’opinion. Le cours des événements nous en dira plus. La NDSCI craint sérieusement que ces batailles dialectiques et médiatiques entraînent de graves répercussions tant sur le plan politique que sur celui sécuritaire avec risque de confrontation violente et sanglante entre les militants de ce qu’il conviendrait d’appeler « pseudos alliés issus d’un mariage sans véritable amour ». Les derniers dérapages frôlant la haine tribalo-ethnique déplorés au Lualaba constituent une illustration éloquente » dit la NDSCI dans ce communiqué signé par son Président national Jean-Chrysostome Kijana.

Cette structure appelle le FCC et le CACH à respecter le peuple congolais qui attend plutôt des réponses idoines et réelles aux multiples problèmes auxquels il fait face, notamment l’insécurité à l’Est, et la problématique de la gratuité de l’enseignement de base.

Tout en recommandant aux partis politiques d’éduquer et initier leurs cadres et militants au civisme et aux vertus de la démocratie, notamment la tolérance et la diversité d’opinions, la NDSCI invite la population congolaise à demeurer vigilante et prête à barrer la route à tout individu ou groupe d’individus qui se hasarderaient à plonger le pays dans le chaos suite à leur égoïsme et immaturité politique.

Pour rappel, tout commence quand des militants du PPRD dans la Province du Lwalaba ont brûlé l’effigie du Président Félix Tshisekedi le samedi dernier, après que ceux de l’UDPS aient déchiré celle de Joseph  Kabila les jours passés dans la même province.

Le lendemain de l’acte, Jean-Marc Kabund, président ad intérim de l’UDPS et premier vice-président de l’Assemblée Nationale, avait annoncé la suspension de toute discussion entre le FCC et CACH sa plateforme devant des membres de son parti, où il a même menacé d’envoyer Kabila en exil s’il continue à «étouffer Félix Tshisekedi»

La conférence des présidents du FCC qui dit dans une déclaration rendue publique ce mardi 12 Novembre à Kinshasa avoir appris avec indignation les propos tenus par Jean-Marc Kabund, indique que ses propos à l’égard de Joseph Kabila, l’autorité morale de leur plateforme, sont «injurieux, irresponsables, provocateurs, diffamatoires, outranciers  et de nature à plonger le pays dans une grave crise politique et institutionnelle dont il ne mesure pas les conséquences par manque de maturité politique »

Museza Cikuru

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.