Suspension de 6 sociétés minières chinoises: Théo Ngwabidje affirme qu’il n’y a pas de divergences entre lui et la Ministre des Mines

Ministre mines
La ministre des Mines Antoinette N'samba et le gouverneur du Sud-Kivu Théo Ngwabidje à Bukavu

Le Gouverneur de province du Sud-Kivu est revenu sur le débat concernant sa décision suspendant les activités de 6 sociétés minières chinoises exerçant dans le territoire de Mwenga, et qui a été contestée par la Ministre Nationale des Mines, qui a relevé l’incompétence du Gouverneur à prendre une telle décision.

Pour le Gouverneur Théo Ngwabidje, aucune divergence n’existe entre lui et la ministre nationale des mines.

Au cours d’une interview accordée à la presse ce lundi 13 septembre 2021, le chef de l’exécutif provincial a expliqué que l’objectif de son Gouvernement est de mettre fin à l’exploitation illicite, ce qui parait pour lui, le même objectif qu’a la Ministre des mines. Ainsi, selon lui, le combat est mené dans la cohésion.

«Il n’y pas de divergences, il y a plutôt une cohésion. Cette volonté aussi politique exprimée par le Président de la République qui tient à ce que les mines rapportent à nos populations congolaises. C’est la mission de l’Assemblée nationale, les élus du peuple, les représentants de la population. Il n’y a pas de divergences avec la Ministre nationale des Mines. Elle a le même combat que nous. On peut avoir des approches différentes, mais je crois que nous sommes dans le même combat. Je ne doute pas de sa bonne volonté,» a expliqué Théo Ngwabidje, après une audience accordée à la Commission d’enquête parlementaire dépêchée par l’Assemblée Nationale.

Lire aussi Exploitation illicite des minerais à Mwenga: la Commission parlementaire rassure que les conclusions de l’enquête seront rendues publiques

Le Gouverneur a par cette occasion, lancé un appel aux exploitants miniers qui exercent dans la province, à le faire dans les normes afin de permettre que l’exploitation minière profite à toutes les parties.

«Ceux qui viennent exploiter ici chez nous doivent le faire conformément à la loi et la législation en vigueur. Que ceux qui viennent travailler puissent travailler dans la légalité. Si cette exploitation rapportait à la province, au pays et à nos populations, je pense que le problème ne se poserait pas,» a laissé entendre Théo Ngwabidje, sans préciser s’il est revenu sur sa décision.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.