Sud-Kivu : un mouvement revendique les récentes attaques dans la plaine de la Ruzizi

« Union des Congolais Libres »,(UCL) c’est le mouvement qui revendique les récentes attaques de Sange dans la plaine de la Ruzizi, en territoire d’Uvira.

Dans une déclaration retrouvée au Bureau de la cité de Sange ce mercredi 24 octobre 2018 après tirs intenses vers 5 heures, ce mouvement promet d’intensifier ses actions sur toute l’étendue du territoire national afin de permettre aux congolais de se choisir « des dirigeants dignes et soucieux du développement et du bien-être de la RDC ».

La lutte du mouvement, lit-on dans ce document, c’est de restituer aux différentes populations dans leurs droits et recouvrer leur dignité.

« L’UCL ne saura jamais tolérer que des paisibles citoyens Congolais puissent revivre la triste histoire de Makobola, Katogota et Mutarule ; la vicissitude de Kasika, le drame de Beni et Ituri, le cauchemar du Kasai, pour ne citer que ceux-là » dit la correspondance, sans nom d’un quelconque membre.

C’est pratiquement la première fois depuis plusieurs années que les attaques de la Plaine de la Ruzizi soient clairement revendiquées. Il pourrait s’agir, selon des membres de la société civile locale et des défenseurs de droits de l’homme d’une tentative de déstabilisation de la Région par des groupes qui se structurent de plus en plus contrairement aux attaques des bandits et autres groupes d’autodéfense tribale.

Pour rappel, les tirs à l’arme lourde ont été entendus sur les montagnes qui surplombent la cité de Sange dans la plaine de la Ruzizi ce samedi 20 Octobre 2018 pendant la journée.

Les informations de la société civile confirmées par les sources proches des Fardc, indiquent que les éléments des forces loyalistes basées à Sange et Kabunambo réagissaient bien que tardivement après le passage d’un groupe d’hommes fortement armés dans la localité de Kabunambo en provenance du côté de la rivière Ruzizi , en direction de Hauts plateaux d’Uvira. Ils étaient estimés à une centaine d’hommes ce samedi dans la matinée.

D’autres détonations ont été entendues ce mercredi 24 octobre 2018. Les FARDC ont demandé à tous ces groupes armés de déposer volontairement les armes si non ils subiront la «puissance de feu » des Forces armées de la RDC.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.