Sud-Kivu : toujours pas d’insulines pour plusieurs diabétiques, l’inquiétude de CAPSA

diabétiques - capsa - sud-kivu - diabète
Journée Internationale du diabète célébrée par CAPSA. Ph. KivuAmani

Le Centre d’Appui à la Promotion de la Santé (CAPSA Asbl) regrette que plusieurs diabétiques n’aient pas encore eu accès à l’insuline en République Démocratique du Congo et au Sud-Kivu en particulier 100 ans après sa découverte. 

Un regret exprimé à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale du diabète, le 14 novembre de chaque année.

C’est ce 15 Septembre que CAPSA l’a célébrée au cours d’une conférence à Bukavu sous le thème mondial : « l’accès aux soins du Diabète » et comme sous-thème : « La Covid-19 et l’environnement, facteurs aggravants pour le diabète. »

Lire aussi: Sud-Kivu : toujours pas des fonds pour la prise en charge du diabète, de l’hypertension…, un frein pour les ODD (CAPSA)

C’était en en collaboration du Ministère Provincial de la santé.

Madame Marie Migani, Coordonnatrice de CAPSA s’inquiète du fait que la question sur le Diabète n’est pas mise en avant dans notre communauté alors que le diabète tue plusieurs personnes dans le monde.

En cette période de la Covid-19, rappelle Marie Migani, le diabète est l’une des causes qui réduisent la résistance du corps aux maladies en affaiblissant l’immunité.

Elle s’inquiète du fait que 100 ans après la découverte de l’insuline, en RDC, un grand nombre de diabétiques continuent à en manquer et à ne pas en avoir l’information.

« Tout le monde doit se lever, cette affaire nous concerne tous, nous devons nous impliquer pour la prévention du diabète pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable. Mon peuple périt par manque de connaissance », a-t-elle dit.

En parlant des défis liés à l’accès aux soins diabétiques, la Coordonnatrice de CAPSA pense que la solution ne devrait pas seulement être au niveau local.

Lire aussi: Covid-19: le CAPSA alerte sur le risque que courent les personnes atteintes de maladies chroniques

« Les défis se trouvent à deux niveaux, d’abord par rapport à l’implication des autorités politico-sanitaires nationales qui n’est pas effective ensuite c’est par rapport aux partenaires techniques et financiers qui ne semblent pas prêter une attention particulière aux maladies chroniques alors que celles-ci déciment notre population silencieusement ».

Disons qu’à part le Ministre provincial de la santé, des députés provinciaux, des agents de la Division Provinciale de la santé, prestataires de santé venus des différentes zones de santé ainsi que des diabétiques regroupés au sein de leurs associations respectives ont été présents au cours de cette séance pour faire un état de lieu du diabète en province.

Contexte

Chaque 14 novembre, et ce depuis trente ans maintenant, la Fédération Internationale du Diabète (FID) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), organisent La Journée mondiale du diabète.

Cette maladie chronique, qui se caractérise par un excès de sucre dans le sang, constitue partout sur la planète un véritable enjeu de santé publique.

Cette journée se traduit donc par une campagne mondiale de sensibilisation. Chaque année, les organisations de défense des droits des diabétiques s’activent à la sensibilisation sur l’éducation à la prévention de cette maladie.

Il faut dire que la Province du Sud-Kivu a rapporté environ 11.643 cas de diabète en 2020. 6.272 nouveaux cas au premier trimestre de cette année 2021, selon le Ministre Provincial de la Santé.

Narcisse Bisimwa

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.