Sud-Kivu : quel leadership pour le Cadre de Concertation de la Société Civile ?

leadership
Zozo Sakali (Gauche), Whillermine Ntakebuka (Centre) et Faustin Katanga (Droite). Ph. Laprunellerdc.info

Quel leadership pour le Cadre de Concertation de la Société Civile du Sud-Kivu ? La Question mérité d’être posée alors que les principales faitières de la Société Civile se plaignent de ne plus comprendre son fonctionnement.

En effet, dans une déclaration rendue publique il y a quelques jours, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC (NDSCI) ainsi que le Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu dénoncent ce qu’ils appellent « l’imposture et la tricherie de certains de leurs membres qui se font passer pour des représentants du Cadre de Concertation de Société Civile du Sud-Kivu », alors qu’ils sont soit désavoués ou soit qu’ils ont perdu le mandat.

Leurs Présidents, Jean-Chrysostome Kijana et Adrien Zawadi rappellent que Zozo Sakali (Président actuel du CCPSC) et Faustin Katanga (Vice-Président), n’ont plus mandat de représenter leurs structures respectives au sein de ce Cadre de Concertation de la Société Civile. Il s’agit respectivement de la Société Civile Forces Vives et de la Nouvelle Société Civile Congolaise « NSCC ». 

Pour les deux responsables des faitières de la Société Civile, ces deux acteurs devraient arrêter de se présenter comme des représentants du Cadre de Concertation de la Société Civile.

« Monsieur Zozo Sakali Nyakasane ne représente et n’a nullement pas le mandat de la Société Civile forces vives/Bureau de Coordination, et monsieur Faustin Katanga ne représente plus la Nouvelle Société Civile Congolaise dont il a été démis de ses fonctions par sa hiérarchie et remplacé par madame Mireille Milemba », dit le Communiqué.

Dans un autre communiqué, c’est la Fédération de la Société Civile du Sud-Kivu qui abonde dans le même sens.

Frédéric Mushagalusa, son Président demande l’implication « urgente » de la Coordination Nationale du Cadre de Concertation « tout en tenant compte de la volonté des faîtières de la Société Civile du Sud-Kivu pour éviter la dérive avec toutes les conséquences ».

« Nous représentants légitimes de la Fédération de la Société Civile décourageons de la manière la plus courageuse cette tricherie et encourageons l’organisation d’une réunion des représentants des faitières que nous sommes en toute urgence sous la houlette du Président du Bureau de Coordination » demande-t-il.

Nous représentons nos associations, répond Faustin Katanga

La réponse de Faustin Katanga, ancien Président de la Nouvelle Société Civile Congolaise axe Nord du Sud-Kivu n’a pas tardé. C’est sur les réseaux sociaux qu’il a choisi de répondre.

Pour lui, la dernière Assemblée Générale du Cadre de Concertation Nationale de la Société Civile tenue dans la salle CEPAS à Kinshasa a tranché sur les mandats des animateurs des CCPSC. Il révèle qu’à la suite de ces travaux, il a été clairement résolu que tous les animateurs restent en fonction jusqu’à la fin de leurs mandats, soit après 2023.

« Cette disposition a même été couchée dans nos Statuts. Avez-vous que même Danny Singoma, le Coordinateur National ne vient pas d’une faîtière. Il vient de CENADEP qui n’est ni une plateforme, ni une faîtière. C’est une ASBL. Moi-même Faustin Katanga, j’étais à l’Assemblée Générale au nom de CEMEACO ET CFIDH/D. En outre, les Statuts du Cadre de Concertation National de la Société Civile reconnaissent clairement que les Asbl sont aussi membres. Coup d’épée dans l’eau, les Statuts sont vraiment clairs », écrit-il dans un message largement relayé sur les réseaux sociaux.

Pour Zozo Sakali, ces deux « individus » doivent d’abord faire partie du CCPSC pour réclamer. 

« C’est une déclaration de deux individus. Ils devraient d’abord adhérer dans le Cadre de Concertation avant de faire toute réclamation », dit-il brièvement. 

Comment fonctionne désormais le Cadre de Concertation de la Société Civile en RDC? Comment parvenir à trouver une solution durable afin de permettre un fonctionnement normal et consensuel? Que faire pour régler ce problème qui dure depuis des temps au Sud-Kivu?  Difficile d’avoir des réponses pour l’instant. 

Bertin Bulonza

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.