Sud-Kivu : plus de 35 mille personnes présentant des problèmes de santé mentale enregistrées en 6 mois

Masine Kinenwa
Masine Kinenwa, Ministre de la santé au Sud-Kivu

L’humanité célèbre ce dimanche 10 octobre 2021, la journée mondiale de la Santé mentale. Au Sud-Kivu, le Ministère de la Santé fait savoir qu’au premier trimestre de cette année, 35.240 cas présentant des problèmes de santé mentale ont été enregistrés, contre seulement 45.248 notifiés au cours de l’année précédente.

Lors d’un point de presse tenu à Bukavu à l’occasion de cette journée qui vise à sensibiliser le grand public sur les questions liées à la santé mentale, le Ministre Masine Kinenwa a fait savoir que pour tous ces cas, la prévalence des troubles liés aux traumatismes et autres facteurs de stress est de 25,4%, et 24% liés à la dépression.

Parmi les facteurs favorisant les problèmes de santé mentale en RDC en général, et au Sud-Kivu en particulier, le Ministre cite les situations traumatisantes multiformes et récurrentes, liés au contexte actuel de pauvreté, de guerre, et post conflit.

«Des catastrophes de toutes sortes, en l’occurrence des incendies des maisons, des inondations avec des éboulements de terre, entrainant des dégradations des conditions socio-économiques, la perte des valeurs morales, et la destruction de l’environnement social et familial, en sont les facteurs favorisants,» explique le Ministre Masine.

Lire aussi Nyiragongo : une malade mentale retrouvée morte à Kibati

Celui-ci indique que la survenue de la pandémie du Covid-19 avec ses répercutions, a constitué un facteur aggravant de la santé mentale des milliers de personnes dans le monde.

«Il faut noter que chaque cas de trouble mental avec ses effets durables, entraine un déséquilibre pour la famille, la communauté et le pays. Forts malheureusement, peu de personnes dans le monde bénéficient des services de santé de bonne qualité. En plus, dans les pays à faible revenu, plus de 75% des personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques ne sont pas soignées du tout. A cette situation s’ajoute la stigmatisation, la discrimination, ls législations répressives et les violations des droits de l’homme, qui ne favorisent pas la réinsertion et l’acceptation des malades en post cure,» a expliqué le Ministre Masine Kinenwa.

Pour faire face à cette flambée des cas de personnes présentant ses problèmes de santé mentale, le patron de la santé au Sud-Kivu préconise la multiplication des efforts, afin que toutes les victimes aient accès aux soins de santé mentale de qualité.

Le Ministre explique que la réinsertion et de la réintégration des malades dans la vie socio-économique, ainsi que l’accompagnement et le soutien aux familles et proches des malades, devraient également contribuer à prévenir ces incidents.

Lire aussi Walungu : un homme viole une malade mentale à Nyangezi

Signalons que la province du Sud-Kivu dispose de trois centres psychiatriques de référence, dont le centre SOSAME, l’hôpital de Panzi, et l’HPGRB, tous situés dans la ville de Bukavu. Pour cette année, le thème retenu pour cette journée est : «le respect des droits des malades avec troubles mentaux».

Museza Cikuru

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.