Sud-Kivu: les organisations membres de l’ASP s’activent pour obtenir le vote et la promulgation de la loi spécifique sur les VBG d’ici fin 2022

ASP
Atelier de l'ASP ce vendredi à Bukavu. Ph. Laprunellerdc.info

Les organisations membres de l’Alliance Stratégique de Plaidoyer (ASP) viennent de se doter d’un plan des stratégies de plaidoyer à utiliser, pour obtenir le vote par l’Assemblée nationale, et la promulgation par le Chef de l’Etat d’ici fin 2022, de la loi spécifique sur les Violences Basées sur le Genre (VBG).

Ce plan des stratégies et d’actions de plaidoyer a été mis sur pied après trois jours de formation sur les techniques de plaidoyer et d’élaboration de la stratégie de plaidoyer, pour le vote et la promulgation de cette loi spécifique de prévention et de répression des VBG.

C’était au cours d’un atelier organisé par l’ASP, du 12 au 14 janvier 2022 à Bukavu, en faveur de ses 10 organisations membres.

Les participants à cette formation ont convenu de poursuivre le plaidoyer déjà amorcé par l’ASP auprès de différentes parties prenantes et tous les alliés, pour les amener à s’approprier cette loi spécifique sur les VBG, afin qu’elle soit votée par l’Assemblée nationale, et promulguée fin 2022 par le Chef de l’Etat.

Ces organisations veulent contribuer à la réduction et l’éradication des Violences Basées sur le Genre en RDC.

Il s’agit notamment de poursuivre les plaidoyers auprès du cabinet du Président de la République, du Gouvernement congolais, de l’Assemblée nationale et du Sénat, pour que cette loi, une fois présentée par le Gouvernement, soit vite votée et promulguée.

Au cours de ces assises, il a été également question de définir les formats de communication, et déterminer les sources des moyens financiers qui devraient permettre à l’alliance d’arriver au résultat attendu.

«C’est un plaidoyer que nous allons cette fois démarrer de manière intensive pour le vote de cette loi pour laquelle nous nous sommes engagés. Vous savez qu’il est demandé à tous les Etats membres de la déclaration de Kampala de se doter d’une loi spéciale sur les VBG. Vous remarquez que dans notre pays nous avons des lois de répression des violences sexuelles mais entretemps il y a beaucoup des violences basées sur le genre qui ne sont pas réprimées. Nous ASP nous nous sommes senties interpellées par rapport à cet engagement de notre pays car jusqu’aujourd’hui c’est l’unique pays qui n’a pas cette loi. Notre première étape a été l’élaboration de cette loi, l’autre étape était d’aller à Kinshasa pour recueillir les inputs d’autres acteurs. Aujourd’hui il a été question de nous doter de cette stratégie de plaidoyer pour pousser les acteurs concernés d’honorer l’engagement pris par notre gouvernement. Il a également était question de définir les cibles et en définissant les cibles, il fallait définir parmi nous les organisations, qui vont mener des actions avec ces dernières bien entendu sur une période précise,» a martelé Mme Venantie Bisimwa, membre de l’ASP.

Évoquant la porte par laquelle cette loi doit passer pour qu’elle soit en premier lieu votée par l’Assemblée nationale, la Coordonnatrice du RFDP pense que le gouvernement, comme signataire des accords de Kampala, est mieux placé pour porter cette dernière.

Néanmoins, Venantie Bisimwa réaffirme la détermination de l’Alliance Stratégique de Plaidoyer de rencontrer également les députés pour une sensibilisation, afin qu’une fois déposée à l’Assemblée nationale, cette loi trouve un soutien « unanime » des élus nationaux.

«Nous avons déjà rencontré la Conseillère spéciale du chef de l’Etat. Et elle s’est montrée mobilisée pour cette cause. Avec elle, nous comptons rencontrer des ministres concernés, dont celui du genre et celui de la justice, parce que le Gouvernement est le premier responsable. Les députés doivent également être mobilisés car d’après tout, le débat et le vote se feront à l’Assemblée nationale. Et donc nous nous donnons aussi la mission de mener des lobbys, auprès des députés influents de l’Assemblée Nationale. Notre objectif reste de voir cette loi être votée et promulguée vers la fin 2022. Dans la procédure normale, la loi vient soit du gouvernement soit des députés. Et nous pensons que le Gouvernement a beaucoup intérêt à soutenir cette loi car c’est son obligation, lui qui a signé les accords de Kampala,» a-t-elle soutenu.

Lire aussi Bukavu: des journalistes sensibilisés sur la vulgarisation de la Stratégie Nationale de lutte contre les VBG

Bertin Bulonza

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.