Sud-Kivu : face aux multiples dossiers fonciers, le ministre Molendo Sakombi préconise le «bistouri» au lieu de «l’aspirine»

Le ministre national des affaires foncières Aimé Molendo Sakombi séjourne dans la province du Sud-Kivu depuis ce jeudi 21 novembre 2019.

Ce vendredi, il s’est entretenu avec le Vice-Gouverneur Marc Malago Kashekere.

Le ministre affirme avoir longuement discuté avec le Gouverneur du Sud-Kivu et son adjoint depuis ce jeudi et ensemble, ils ont évoqué sa tournée dans les différentes circonscriptions foncières du Sud-Kivu.

«nous avons pris en charge un certain nombre des dossiers qui constituent les plus grands conflits qui touchent le Sud-Kivu et pour cela nous attendons le rapport parlementaire de l’Assemblée Provinciale qui a créer une commission pour enquêter sur la désaffectation des immeubles de l’Etat, des terrains publics, des marchés et même des cimetières. Nous voulons voir clair : les conditions de désaffectation, l’argent perçu ou pas dans le trésor public, les entorses et finalement protéger les bijoux de famille avant d’attaquer les autres dossiers dus aux contentieux sur les biens privés » dit Molendo Sakombi à Laprunellerdc.info.

Et face aux multiples conflits dans ce secteur, Sakombi ne croit plus à l’utilisation de « l’aspirine » pour trouver une solution mais du « bistouri » pour une meilleure « chirurgie ». Des mots qui signifient que la situation est simplement alarmante.

«Je tiens quand même à souligner que depuis que nous avons commencé cette tournée, c’est la province où j’ai rencontré le plus grand nombre des conflits. Donc, c’est par ici qu’on va commencer, pas avec de l’aspirine mais avec le bistouri du chirurgien » insiste-t-il.

Il dit par ailleurs qu’avec son interlocuteur, ils sont d’accord sur tout avec la nouvelle vision qui constitue à changer l’image des affaires foncières.

«Et ça doit commencer par ici au Sud-Kivu, une province qui rencontre beaucoup des contentieux avec morts d’hommes et le gouvernement central ne peut pas l’accepte » promet-il.

La Province du Sud-Kivu connaît une ruée vers la terre et plusieurs conflits sont continuellement rapportés. Des domaines appartenant à l’Etat sont spoliés par les privés en complicité avec des responsables étatiques. D’autres concessions qualifiées d’impropres à la construction sont attribuées à des tiers dans le plus grand flou. Plusieurs responsables étatiques ont déjà fait des annonces mais rien ne marche jusque-là. Au contraire, des responsables même au plus haut niveau de la province sont accusés de tremper dans ces magouilles. Molendo Sakombi arrivera-t-il à arrêter cette hémorragie et à assainir ce secteur? C’est visiblement son ambition. 

Bertin Bulonza

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.