Sud-Kivu: des nouvelles terres pour le peuple autochtone, une solution du conflit au PNKB (Mwami Désiré Kabare)

« L’urgence consiste à trouver des espaces où on peut relocaliser le peuple autochtone » voilà ce que suggère Désiré Kabare le Mwami de la chefferie de Kabare face à la crise entre le peuple autochtone et le Parc National de Kahuzi Biega (PNKB).

Une proposition faite ce jeudi 8 Août 2019 à Bukavu sur la situation dans Parc National de Kahuzi Biega (PNKB) où des affrontements sont régulièrement signalés entre les écogardes et des membres du peuple pygmée armés.

«Mettre à leur disposition certains projets dans le domaine de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, peuvent nous aider à baisser la tension », a-t-il indiqué.

Pour le mwami, le peuple autochtone a été chassé du PNKB depuis 1973 sans qu’il y ait eu des mesures d’accompagnement.

Il lance un « vibrant » appel au gouvernement provincial et national afin de trouver une solution au problème qui se passe au PNKB.

« Si nous pouvons dégager quelques superficies à mettre à la disposition des peuples autochtones pour leur permettre de faire des travaux communautaires, je crois que ça peut permettre de baisser la tension », a-t-il insisté.

Il pense donc qu’il faudra parler avec les autorités et les gestionnaires du PNKB pour d’autres mesures comme l’accès au bois de chauffage, l’accès à la chasse, la possibilité de faire leurs rituels ancestraux. « C’est une question que nous devons avoir à débattre », a-t-il dit.

Pour lui, le problème au PNKB est à prendre au sérieux, avec notamment le récent conflit entre les peuples autochtones et les Bantous dans la province du Tanganyika qui a dégénéré.

« Au PNKB nous avons déjà 3 écogardes tués et 5 à 6 PA tués » a-t-il conclut, rappelant qu’il s’agit d’un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 Thomas Uzima

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.