Sud-Kivu: de l’imbroglio dans la validation des mandats des suppléants de 2 députés du PPPD

intérim - démocratie - gouverneur - Goma-des - députés - Motion - défiance. Budget 2021-députés FCC-la plénière de - assemblée provinciale- bureau
Assemblée Provinciale Sud-Kivu

C’est un véritable imbroglio qui sévit au tour de la validation des mandats des suppléants de deux députés du Parti du Peuple pour la Paix et la Démocratie (PPPD), devenus membres du gouvernement provincial du Sud-Kivu.

En effet, depuis la sortie du gouvernement Ngwabidje II, qui a vu 5 des 48 députés que compte l’Assemblée provinciale nommés membres, l’organe délibérant du Sud-Kivu ne fonctionne qu’avec un nombre incomplet.

Pour tenter de couvrir ce vide, et ce, conformément aux textes qui régissent l’organe délibérant, le Bureau définitif s’est lancé sur la voie de validation des mandats de tous les 5 suppléants de ces députés, devenus membres de l’exécutif provincial.

Dans cette démarche, les suppléants ont alors été invités à se présenter auprès du secrétariat provincial de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), pour des formalités administratives. Chose qui a été faite, selon des sources sures à l’Assemblée provinciale.

Ce qui bloque la démarche, explique-t-on, c’est au niveau de la validation des mandants de deux suppléants (Bashizi Mushagalusa Fidèle pour le compte de Jérémie Basimane et Kiza Kilozo Félicien pour le compte de Alimasi Malumbi Mathieu), membres du parti PPPD, qui est un allié du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD).

Selon plusieurs correspondances qui font le tour des réseaux sociaux, le PPRD qui se considère comme représentant en province du PPPD, a écrit en date du 11 novembre 2021 à la Commission Politique, Administrative, Juridique et Droits Humains (PAJ) de l’organe délibérant, pour lui donner son accord pour la validation des mandats de ces deux suppléants.

Faisant suite à la correspondance, la commission PAJ par le biais de son président Bisimwa Batandi, a soulevé une exception selon laquelle le signataire de ladite correspondance, qui s’estime représentant du PPRD/PPPD, a entretenu un flou, car selon lui, ce regroupement n’existe pas dans les archives de l’Assemblée provinciale.

«En effet, le signataire estime être représentant provincial du PPRD/PPPD, un regroupement ou un parti qui n’existe pas dans les archives de l’assemblée provinciale du Sud-Kivu. A cela s’ajoute le fait que le document porte le sceau du PPRD et non pas du PPRD/PPPD, moins encore du PPPD, mais avec entête PPPD, en plus la qualité douteuse du signataire, un secrétaire administratif,» lit-on dans la réponse de la PAJ, qui a donné un délai de 48 heures au concerné, pour « régulariser ce cas ».

Le PPRD n’aura pas beaucoup attendu avant de répondre à la correspondance de la commission PAJ. Déjà ce mardi 23 novembre 2021, une autre lettre, cette fois signée par le Secrétaire Exécutif Provincial du PPRD, a été adressée au Président de la Commission PAJ, soutenant que c’est le secrétaire permanent du PPPD, qui est habilité à recommander ces deux suppléants.

«En effet, après consultation des textes en vigueur, il s’avère que la prérogative de recommandation de ces deux suppléants ….revient au secrétaire permanent du  PPPD à qui je transmets ce dossier pour dispositions utiles,» écrit Safari Mugaruka, secrétaire exécutif du PPRD au Sud-Kivu.

Jusqu’où ira cette confusion entretenue autour de la validation des mandats de ces deux suppléants ? Difficile pour l’instant de le dire, quand on sait que la plénière pour la validation des mandats de tous les 5 suppléants, a été maintenue pour ce mardi 23 novembre 2021 à l’Assemblée provinciale.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.