Sud-Kivu: afflux des déplacés à Baraka, fuyant les affrontements à Bibokoboko et environs

Baraka-Fizi- MSF-Hollande
Vue sur la ville de Baraka, Fizi au Sud-Kivu.

A la suite des affrontements signalés à Bibokoboko, dans le territoire de Fizi, un afflux de déplacés est signalé depuis ce jeudi 14 octobre 2021 dans la ville de Baraka, en province du Sud-Kivu.

Des sources sur place affirment que les habitants qui fuient les affrontements qui ont débuté ce mercredi, se comptent en centaines. Ces derniers proviennent de plusieurs villages de Bibokoboko et ses environs.

Selon M. Michel, Président de la mutualité des Banyamulenge à Baraka, plusieurs de ces déplacés, hommes, femmes et enfants, sont tout d’abord dans des familles d’accueil.

Celui-ci fait savoir que le processus de leur identification est encore en cours. «C’est difficile pour l’instant de savoir exactement combien de déplacés sont arrivés. Ils sont plusieurs centaines, et d’autres continuent d’arriver,» dit-il à Laprunellerdc.info

Face à cette situation, le Maire de Baraka, Jacques M’mbucwa Hussein, a convoqué l’après-midi de ce jeudi une réunion d’urgence du Conseil local de sécurité.

«Je viens de tenir une réunion du Conseil de sécurité relative à cette situation qui prévaut ici à Baraka et ses environs. Des affrontements sont signalés dans les villages de Mabunga, Bibokoboko et d’autres. Et cela a fait que des habitants fuient ces villages, pour se diriger vers les entités voisines. Certains se sont dirigés vers Beba, d’autres à Baraka, et d’autres on ne sait pas encore. Et c’est pourquoi j’ai convoqué cette réunion pour que nous voyions comment sécuriser la ville, et accueillir ces déplacés en nous rassurants que ce sont des paisibles citoyens qui n’ont rien, et leur donner de la place où ils peuvent rester dans la ville,» a-t-il déclaré à la presse.

L’autorité urbaine fait savoir qu’un site est déjà prévu pour l’accueil de ces déplacés

«J’ai demandé à chaque chef de quartier et d’avenue d’être vigilants, en identifiant tous les déplacés qui arrivent, pour qu’ils soient conduits au site qui a été aménagé pour leur accueil. C’est le terrain des Méthodistes, qui sert régulièrement de rassemblements. Nous demandons également aux habitants d’accueillir ces déplacés et les conduire au site prévu,» a dit le Maire Jacques M’mbucwa.

Signalons que ces affrontements opposent le groupe armé Maï-Maï Bilozebishambuke, à la coalition des groupes armés Twirwaneho et Ngumino, selon des ONGDH locales. Les villages les plus touchés par ces déplacements sont Kalele, Kalinga, Elola, Kalungwa, Kabara, Magunga, Mugorore, Bibokoboko et autres.

Museza Cikuru

Etiquettes:

3 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.