Saint-Valentin: 54 ans d’amour et de pardon pour le couple André-Hélène

10 Views

C’est en 1961 que le jeune André Kashale rencontre pour la première fois celle qui est devenue l’amour de sa vie: Hélène Nakashunjwe.

A l’école secondaire à l’époque, il dit avoir insisté pour demander l’amitié avec sa future  épouse.

Pas d’hésitation de la part de sa famille en citant le nom de la jeune fille. Elle est d’une famille qui avait bon témoignage.  C’est ainsi qu’André Kashale décida d’aller chercher sa  future femme pour la  deuxième fois; elle qui n’avait pas encore accepté de cheminer avec le jeune André.

En plus de la réputation de la famille dont Hélène était issue, sa bonne moralité, et surtout sa vie chrétienne, ont été des atouts supplémentaires qui ont encouragé le jeune André de l’époque à aller jusqu’au bout avec sa demande envers la future mère de ses enfants.

Pendant qu’André avait déjà perdu tout espoir, et voulait déjà aller chercher son bonheur ailleurs, il va tenter son coup pour sa dernière chance avec Hélène, raconte-t-il. Et celle-ci va dire oui, après un long moment de suspense. Commence alors les étapes traditionnelles pour formaliser l’union. C’est delà que l’une des longues histoires d’amour a commencé.

C’est le 30 juin 1965 qu’André et  Hélène se sont dit oui pour le meilleur et pour le pire.

Depuis 1965 jusqu’en 2019, il y a 54 ans jour pour jour depuis que André et Hélène vivent ensemble.  Vieux couple, mais rien n’a changé en terme de considération, d’amour, d’harmonie et de volonté à vivre ensemble. Parents de six enfants, qui sont socialement stables, le couple André-Hélène a plusieurs petits enfants aujourd’hui.

Cette longue expérience a été rendue possible grâce à deux choses, deux armes redoutables, disent-ils tous les deux pour solidifier leur union: Il s’agit de l’amour et le pardon mutuel. Des différences il y en a toujours mais les deux armes nous aident à les surmonter dit l’homme, en regardant sa belle Hélène.

Aujourd’hui André se dit fier d’avoir eu une femme modèle, compréhensible, calme, soumise et surtout chrétienne de son état, des caractères qui font d’elle une femme que tout homme peut rêver pour avoir pour un foyer stable.

« Il y a des femmes qui ne sont pas en réalité femmes » dit-il. Aujourd’hui, dit le pasteur Kashale, les jeunes garçons cherchent des femmes à épouser, sans tenir compte du milieu, de la famille où la femme a été éduquée.

En clair, une bonne femme est issue d’une famille bien éduquée, et les jeunes devraient prendre ce critère au sérieux pour se choisir une femme avec qui ont doit fonder un foyer. Un des critères, reconnait-il.

Aujourd’hui, le pasteur Kashale encadre les enfants de l’école de dimanche à l’Église Filadelfia du pasteur Bujiriri et espère pouvoir inculquer des valeurs positives chez les enfants pour les préparer à affronter la vie et notamment celle de couple.

54 ans d’une histoire de vie de couple, c’est bien difficile à la raconter. Il suffit d’être aux côtés de ce couple pour comprendre ce lien d’amour solide qui classe ces grands-parents parmi les meilleurs qu’on puisse souhaiter avoir comme modèle.

Eric Shukrani

Partager cet Article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )