Rutshuru : le CPPFE alerte sur les conséquences de la grève des enseignants sur la jeune fille

frais - scolaires -sud-kivu - EPST-tenafep - shabunda - CPPFE
Des élèves de Shabunda affrontent le TENAFEP

La poursuite de la grève des enseignants congolais dans les écoles publiques énerve le Conseil pour la Protection et la Promotion de la Femme et l’Enfant-CPPFE- basé en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

Dans un communiqué rendu public ce lundi, 25 octobre 2021, à travers les réseaux sociaux, cette structure de défense des droits de la femme et de l’enfant s’en prend directement au Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique qui, selon elle, « ne veut pas répondre aux revendications des enseignants pour faciliter la reprise des cours ».

Lire aussi: Grève des enseignants à Goma: CAFED s’inquiète pour les filles mineures

Selon le CPPFE, la poursuite de la grève des enseignants pourrait avoir des conséquences graves sur les études de la jeune fille.

« Notre crainte de voir les enfants ne pas aller à l’école, c’est que nombreux enfants passer des journées en train de vagabonder à travers les rues dans les quartiers, et que les filles commencent à passer des journées dans des chambrettes des garçons. Donc, il y a risque des violences sexuelles, des harcèlements sexuels. Or souvent, nous les femmes rencontrons beaucoup des problèmes. Alors si elles restent sans éducation, ça devient plus grave. Pourtant c’est le moment où les filles tentaient de se retrouver à travers l’éducation. En effet, si une fille a ramassé une grossesse, certains parents étant ignorants, ils vont la contraindre à rejoindre l’auteur de sa grossesse. Alors cela risque de créer des problèmes aussi bien à l’égard des garçons que des filles », alerte la coordonnatrice de FPPFE, Neema Serutoke Claudine.

Et pour cela elle recommande « au gouvernement de faire un effort de réussir les négociations en cours avec les enseignants pour que les enfants aillent de nouveau à l’école. Aux parents, nous recommandons de faire un effort pour que nous ne perdions pas l’éducation des enfants et qu’ils continuent de protéger de sorte qu’à la reprise des cours, on sente que les enfants étaient encadrés à la maison ».

Lire aussi: Rutshuru: un militaire FARDC viole une fille de 17 ans à Nyamilima

Rappelons que les enseignants de nombreuses écoles publiques sont en grève depuis le lancement de l’année scolaire, le 04 octobre 2021.

Faustin Tawite, depuis Rutshuru

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.