Rutshuru : deux présumés bandits tués par des militaires FARDC à Kiseguro

zone tampon-Nyatura-Nyaruhange-Jomba-kibirizi-vitshumbi-mort-Nyamilima-Kisigari-fdlr-Kashalira-Mutanda-Binza-Gisigari-Rubare-Ishola-Katwiguru-Binza-Kirwa-Bishusha-Bwisha-Budget participatif-Rutsiro-Kabanda-Nyongera-Bunagana-éléphant-FARDC-terre-Rugari-Bwito-FDLR-Société Civile-cultivateurs-FDLR- couvent armés insécurité Bukoma Buturande Kiringa NDC- Rambira
En territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Ph. Laprunellerdc.info

Deux présumés bandits armés ont été tués dimanche 19 septembre vers 23 heures par des militaires FARDC à Kiseguro, près de 20 km de Kiwanja sur la route Ishasha, en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

https://www.youtube.com/watch?v=ZovLxo5802o

Selon le fonctionnaire délégué du Gouverneur de province à Kiseguro, Benjamin Kazimoto, ces présumés bandits ont heurté une patrouille des militaires FARDC.

Ils ont même résisté à cette patrouille. Les militaires ont alors ouvert le feu dans leur direction entrainant la mort de ces deux hommes. Leur arme a ensuite été récupérée.

La Nouvelle Société Civile du Congo, Coordination de Rutshuru, salue la neutralisation de ces deux présumés bandits, et parle de deux bandits de moins.

«Nous avons accueilli avec joie cette information parce que les militaires FARDC étaient dans leur travail régulier. Ils étaient en patrouille et pendant cette activité ils ont réussi à maitriser et à tuer ces deux personnes. Quand deux bandits sont tués, c’est-à-dire le nombre de bandits est en train de diminuer. Voilà pourquoi nous avons accueilli avec joie cette nouvelle », dit le Coordonnateur de cette structure, Raphael Bampata.

A cette même occasion, Raphael Bambata appelle les autres jeunes qui trainent encore les pas en brousse à prendre la décision courageuse de déposer leurs armes.

«Depuis que nous sommes dans l’état de siège, les autorités provinciales, territoriales, nous de la Société Civile, les pasteurs et les autres leaders communautaires ne cessons de demander et de sensibiliser ces jeunes gens à quitter la brousse et de réintégrer la vie civile. Mais il y a encore bon nombre d’entre eux qui trainent les pas nous leur demandons de quitter la brousse. Il n’a pas la vie, il n’a pas la paix ; il n’y a pas la joie en brousse et en portant illégalement une arme. Ces jeunes doivent très vite abandonner la brousse et venir. Nous osons croire que les autorités vont les accueillir et ils seront réintégrés dans vie civile,» dit Raphael Bampata.

Notez que de nombreux groupes armés locaux Maï-Maï et Nyatura, mais aussi des étrangers FDLR, sont actifs dans le territoire de Rutshuru. 

Faustin Tawite, depuis Rutshuru

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.