RDC : une pétition pour demander l’adoption du Fédéralisme comme forme de l’Etat

RDC - Fédéralisme

À la veille de la commémoration du soixantième anniversaire d’accession à l’indépendance de la République Démocratique du Congo, célébrée chaque 30 juin de l’année, une pétition vient d’être adressée au Président congolais par certains activistes de la société civile, acteurs politiques, pour exiger l’adoption du Fédéralisme comme forme de l’Etat

L’initiateur est Jean-Claude Kazembe, ancien Gouverneur du Katanga. 

«Nous, citoyennes et citoyens de la République Démocratique du Congo, toutes tendances politiques et croyances religieuses confondues, activistes de la société civile et paysans, vous adressons la présente pétition, à l’aube de la célébration du soixantième anniversaire de l’indépendance de notre pays, pour exiger le changement de la forme de l’Etat autrement dit, l’adoption du fédéralisme », lit-on dans la partie introductive de la pétition.

Pour ces pétitionnaires, leur requête trouve son fondement dans les dispositions des articles 27 et 218 de la Constitution, qui disposent que ‘’Tout Congolais a le droit d’adresser individuellement ou collectivement une pétition à l’autorité publique qui y répond dans les trois mois. Nul ne peut faire l’objet d’incrimination, sous quelque forme que ce soit, pour avoir pris pareille initiative » soutiennent-ils.

Ils motivent leur démarche par le fait que pour eux, le coup d’Etat de 1965 avait violé la Constitution de 1964 (Constitution de Luluabourg) adoptée par référendum populaire en remplacement de Loi fondamentale.

«Une dictature à la fin de la quelle, il eut fallu retourner à l’ordre constitutionnel c’est-à-dire à la Constitution précitée qui préconisait le Fédéralisme comme forme de l’Etat. » renchérit la pétition.

Ladite pétition rappelle qu’au soir de la seconde République, les représentants de toutes les couches sociales et de toutes les tendances politiques s’étaient réunis à la Conférence Nationale Souveraine, pendant plus d’une année et avaient produit une Constitution consensuelle qui consacrait le Fédéralisme comme forme de l’Etat adaptée au pays aux dimensions d’un sous-continent, qu’ils avaient dénommé  » République Fédérale du Congo. »

Les pétitionnaires ajoutent que la non-application des résolutions de la Conférence Nationale Souveraine avait plongé le pays dans le chaos (pillages, instabilité institutionnelle, paralysie de l’économie…). Où il a fallu l’entrée de l’AFDL pour mettre un terme à la dictature et remettre un peu de l’ordre. 

Tout en rappelant que le Président de la République actuel et son Parti politique, l’UDPS (qui couvre une partie considérable du territoire national) avaient boycotté le référendum constitutionnel pour manifester leur opposition à cette Constitution, ils indiquent qu’Il y a lieu d’affirmer aujourd’hui qu’ils la tolèrent sans la digérer. Et pensent qu’il faut à présent, une Constitution purement congolaise.

Réviser l’actuelle Constitution

Pour ces raisons, ci-dessus et tant d’autres, les pétitionnaires disent réclamer la révision de la Constitution afin d’y intégrer le Fédéralisme comme forme de l’Etat.

«Nous voulons un fédéralisme avec six Etats hérités de la colonisation comme provinces : Etat Fédéré du Kivu, Etat Fédéré du Congo-Central, Etat Fédéré du Katanga, Etat Fédéré du Kasaï, Etat Fédéré de l’Equateur et Etat Fédéré de l’Oriental. Les provinces actuelles continueront à exister à l’intérieur de ces Etats », explique la pétition.

Dans ce document, les pétitionnaires exposent une panoplie d’avantages que cet état peut offrir aux populations congolaises, notamment : l’adéquation des décisions publiques aux réalités du milieu et des citoyens ; l’adaptation de l’organisation de la production (économie) aux potentialités de chaque Etat, car étant sous-continent la RDC est caractérisé par l’hétérogénéité géographique, géologique, écologique, historique, culturelle, sociologique et climatique. 

Ils évoquent également l’efficacité dans l’allocation des ressources en temps réel et en connaissance des besoins, de la nécessité et de l’opportunité.

Parmi les avantages, il y a également, la réduction de la pléthore institutionnelle, au niveau central, qui est budgétivore pour accroître le financement de la base opérationnelle, qui est la province, afin accroître la production et l’épanouissement.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

20 commentaires

  1. Pas six Etats, mais pmisieurs plus meme de 50 Etats selon chacunes des entités choisie à devenir Etats.
    Ex. Au sud kivu au moins 2 Etats.

  2. Cette pétition mérite d’être soutenue par la population congolaise sans distinction aucune.
    La centralisation qui se vit dans la ville de Kinshasa fait toujours reculer le reste du pays.
    Départ cette pétition,le législateur aura donc le choix entre fédéraliser le pays ou balkaniser le pays car les deux sont possibles et peuvent contribuer à la prospérité.

  3. Je soutiens à 100% cette initiative, cette initiative faisait l’objet de mes publications sur les reseaux sociaux. La balkanisation serait la meilleure solution pour les problèmes de la RDC.

  4. Le fédéralisme comme mode gestion est une bonne chose, mais la bonne gouvernance comme doctrine de gestion est encore mieux! Réfléchissons; pourrions nous faire une analyse critique de la gestion de la République ? Renforcer la cohésion nationale gage d’un fédéralisme responsable et apaisé ? Vous même l’iniateur vous avez été à la gouvernance, pourriez vous nous présenter votre bilan!? Pour moi, fédéralisme ou pas, il y a des fondamentaux que le Congolais doit asseoir avant de passer au fédéralisme, encore que ce fédéralisme que vous proposer repose sur les acquis de colonisation. Ne pourrions nous pas envisager une autre architecture qui minimise les velléités d’une balkanisation !? Il est essentiel de comprendre que cette pensée de fédéralisme devrait ne pas se baser sur la proximité des provinces ou encore s’identifier à une setereotype régionale; parcequ’elle risquerait de renforcer les risquent redouter par tous Congolais notamment la balkanisation.

    1. Je ne pense pas comme les autres compatriotes que la centralisation au niveau de Kinshasa puisse être à la base du sous développement. Notre mal est connu c’est la mauvaise gouvernance. Centraliser, déconcentrer ou tous ce que vous voulez s’il y a toujours des anti valeurs rien ne changera.

    1. Je ne passe pas que le fédéralisme est la solution aux nombreux problèmes que connaissent notre pays. Il faut simplement combattre les anti valeurs comme la corruption, le tribalisme , les détournements de derniers publics etc. Le fédéralisme dans notre pays va ouvrir une porte à la balkanisation et à un tribalisme extrême. Ce sont à mon avis les politiciens qui ne sont pas aux commandes du pays qui le réclame. La population a besoin de l’amélioration des conditions de vie.

  5. Le FEDERALISME est la seule forme d’Etat pour un grand espace à gérer à l’instar de tous les gds pays du monde. Les USA,Canada, Russie, Chine, Nigéria…

  6. Cela reste l’alternative à soutenir surtout à ce moment où certains veulent toujours tribaliser le pays par une ségrégation à outrance. Si quelques tribus doivent se prendre pour des seuls vrais congolais et traiter les gens de l’est d’étrangers pendant qu’ils profitent des ressources de l’est plus que ses habitants, il en va de soi d’ainsi procéder afin de mettre fin à toute cette confusion.
    D’ores et déjà nous attendons impatiemment cette pétition pour y apposer nos signatures.

  7. L’idee n’est pas mauvaise mais je doute que compte tenu de l’immaturite politique des congolais et les agendas caches de certains pays voisins, qu’il y ait une opportunite de la partition du pays en toute douceur! Je doute qu’apres certaines annees de l’adoption cette loi, certains etats puissent clamer leur separation definitive de l’Etat central et creer leurs republiques autonomes.

  8. La proposition est bonne, mais encore il faudra qu’on sache comment fonctionne un fédéralisme? Le dire c’est bon, l’envisager c’est aussi bon. Mais éduquer le peuple et les gouvernants à ce sujet c’est beaucoup mieux. Si l’éducation réussit je serai à 100% pour le projet. Pour l’instant je suis septique à l’idée d’un fédéralisme. 

  9. Heureux de trouver un forum digne ou’ les intervenants sont courtois les uns envers les autres.

    Continuez ainsi chers compatriotes

  10. Bonjour,

    L’État fédéral (comme la Belgique, les USA, etc.), car le pays est un sous-continent aux cultures diverses et divergentes est le seul moyen de donner la chance à TOUS de SE GOUVERNER, pour mettre au tribalisme, régionalisme.
    Ceux qui ne savent pas comment fonctionnent un État Fédéral poser la question aux Belges.
    VIVE L’État Fédéral du Kongo.
    NKM

    1. Bonjour,
      Nous Congolais, nous ne connaissons pas notre histoire. Joseph KASA VUBU, le 1er Président de la République du Congo Kinshasa 🇨🇩 doit se retourner dans sa tombe car ala Table Ronde de Bruxelles, il a prôné le fédéralisme comme mode de gestion de l’eta au vue de la taille de  notre pays. Type de fonctionnement qu’il a expliqué à toutes les politiques du Congo lors du Congres de Kisantu que son parti l’ABAKO avait organisée. Seul le MNC Kalonji, la CONAKAT de Moise Tshombe y consentirent.
      Il n’en reste pas moins qu’à la Table Ronde de Bruxelles, ils furent en minorité par la détermination de la Belgique qui tenait à un État  unitariste en s’appuyant sur certains de nos représentants.
      Cela étant, dans la mesure où ce fonctionnement a échoué , il est grand temps de jouer la carte du fédéralisme 
      Nous n’avons donc pas inventé la roue. L

  11. Pour moi la fédéralisme voir meme la division et le seul moyen pour le développement de c pays. Car les politicien de kin achetent les voitures de luxe et meme le billet pour assister a des concerts grace aux recettes de no provinces. Il est temps pour nous de prendre le relève je félicite l’initiateur de cette motion nous somme dernière lui jusqu’au bout

  12. Pour moi fédéralisme c’est mieux mais la division c’est boucoup mieux on a assez souférent dans c pays

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.