RDC: pour Nicolas Kyalangalilwa (BCSC), le débat sur le départ de la Monusco est “mal orienté” (Tribune)

2 Views

Membre du bureau restreint de la Coordination de la Société Civile au Sud-Kivu, Nicolas Kyalangalilwa donne son avis par rapport au débat sur le départ ou non de cette force des Nations-Unies accusée d’être passive face aux différentes tueries observées dans la région de Beni particulièrement. Pour le révérend Pasteur Nicolas Kyalangalaliwa, le débat sur le départ de la Monusco est “mal orienté” car le pays a encore besoin de cette force. Il estime que les bases ou bureaux de la Monusco dans les différentes provinces ont des approches différentes peut-être due à leur leadership et qu’elle  doit corriger un certain nombre des choses parce que  non parfaite. Mais pour le cas du Sud-Kivu, elle est utile et efficace, dit-il. Dans cette tribune, il revient même sur les différentes réalisations de cette mission Onusienne en province (Tribune).

“Le débat sur le départ de la Monusco est mal orienté. La RDC a encore besoin de la Monusco, tel que le Chef de l’Etat l’a affirmé du haut de la tribune des nations unies cette année. Toutes les personnes avisées et éclairées arriveraient à la même conclusion.

Les défis sont encore multiples et la RDC a besoin de l’aide de tout le monde ! Le débat devrait plutôt être dirigé vers la manière de créer une synergie qui maximise les potentiels des uns et des autres (y compris la MONUSCO) en appui aux efforts de l’Etat congolais pour réussir à gagner la guerre contre les groupes armés dans l’Est de la RDC et restaurer l’autorité de l’Etat dans ces zones.

Le fait est que les bases ou bureaux de la MONUSCO dans les différentes provinces ont des approches différentes peut-être due à leur leadership. Par exemple la MONUSCO du Nord-Kivu n’est pas la même que celle du Sud-Kivu qui entretient un excellent rapport avec les autorités, la société civile et la population en général.

Elle n’est pas parfaite, et peut-être doit corriger un certain nombre des choses, mais elle est utile et efficace pour le Sud-Kivu.

Au Sud-Kivu par exemple, la MONUSCO a fait d’énormes contributions à la stabilité de la province ! Son Travail est appréciable surtout pendant les 3 dernières années, même si aucune œuvre humaine n’est parfaite.

La Monusco/ Sud-Kivu a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement provincial ainsi que la société civile dans son ensemble sur plusieurs projets d’intérêt communautaire et dont les répercussions sont visibles et palpables.

Quand les défenseurs des droits de l’homme et les acteurs de la société civile sont menaces et/ou arrêtés, c’est la Monusco qui intervient au travers sa section des droits de l’homme- on connait beaucoup des cas !

D’aucun se souviendra que la MONUSCO a empêché Yakutumba de prendre Uvira. Elle a aidé les FARDC à reprendre le contrôle du territoire de Fizi jusqu’à Misisi.

Pendant la crise d’Ebola au Sud-Kivu, la Monusco a contribué par la construction des points de lavage des mains automatiques aux frontières, etc.

Sur le plan d’infrastructure c’est la MONUSCO qui facilite l’accès à Shabunda et Minembwe pour les médicaments et même pour les autorités provinciales !

Réalisations de la MONUSCO en 3 ans dans le domaine des infrastructures à travers les projets de réduction de la violence communautaire, (chantiers écoles) et des QUIPS.

Je cite par exemple- sans vouloir être exhaustif :

  • La validation des sites miniers,
  • La protection des civils à Minembwe, Kalehe, Shabunda,
  • La construction de 8 centres de formation professionnelle (Shabunda, Kalehe centre, Nindja, Baraka, Lusenda, Minembwe, Mwenga, Salamabila, Wamaza)
  • Les projets d’adduction d’eau potable

o       À Shabunda-centre par la construction d’un château d’eau, le tout premier depuis l’indépendance de la RDC qui dessert aujourd’hui la population locale

o       A l’hôpital de Walungu

  • 12 coopératives des combattants démobilisés dans la plaine
  • Les projets d’infrastructure

o       Les marches

       1 marché à Numbi (haut plateau de Kalehe),

o       Les ponts

       Le pont temporaire de sange (RN5)

       Le pont de Misisi et Bendera

o       Eclairage public

       Panzi, marches de Walungu et Minembwe

o       Immeubles -Hôpitaux

       Construction de la maternité de l’hôpital General de référence du Bukavu

       Rénovation de la maternité de l’hôpital de la PNC de Bukavu

       Construction de la clôture de la prison de Bukavu

       Construction de la clôture du camp Saïo

o       Appui à la PNC/FARDC

       Construction du commissariat PNC de la plaine

       Construction du commissariat PNC de Numbi

       Construction de la nouvelle poudrière des FARDC

       Entretien de l’aéroport de Kavumu

Ce bilan de la Monusco/Sud-Kivu est significatif et positif. Les forces vives de la province du Sud-Kivu devraient plutôt coaliser leurs efforts pour soutenir et aider la MONUSCO dans son travail par un dialogue franc et constructif.

Cet appui l’aidera à faire mieux et accompagner l’Etat congolais dans la consolidation de son autorité sur l’étendue de la province. La MONUSCO au niveau national devrait s’imprégner de l’expérience du Bureau du Sud-Kivu pour avoir une approche qui résout les problèmes et ne cause pas la colère des populations, tel que c’est le cas au Nord-Kivu”.

Rév Nicolas Kyalangalilwa

Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu

Partager cet Article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )