RDC: Plus de cent organisations disent non à un éventuel 3ième mandat de Joseph Kabila

RDC : Joseph Kabila face aux sanctions
Joseph Kabila

A quelques mois de la tenue théorique de la présidentielle en RD, 176 organisations de la société civile et des mouvements citoyens s’opposent à toute possibilité pour Joseph Kabila de briguer un nouveau mandat.

Dans une déclaration conjointe rendue publique ce lundi 4 juin à Kinshasa, ces organisations disent condamner les sorties des cadres de la majorité au pouvoir tendant à soutenir cette idée.

« Nous nous insurgeons contre nouvelle la rhétorique, de plus en plus présente, des communicateurs de la majorité présidentielle étalant sans l’ombre de doute la volonté, longtemps niée, du Président Joseph Kabila de faire tout possible pour se maintenir au pouvoir, en toute violation de notre constitution se représenter aux hypothétiques élections prévues le 23 décembre 2018 ;  en violation de la constitution et l’Accord du 31 décembre 2016 ; Nous condamnons fermement ces velléités délibérément provocatrices qui sont de nature à exacerber la crise politique actuelle déjà extrêmement tendue et à compromettre dangereusement la démocratie et la Paix en RDC. »

Elles disent par ailleurs Oui à la tenue des élections crédibles, transparentes, « honnêtes et inclusives conformément à l’accord de la Saint Sylvestre ! Oui à l’ouverture de l’espace des libertés publiques et la libération des prisonniers d’opinion ! ».

Concernant les prochaines élections en RDC, ces structures notent des freins qui pourraient impacter sur tout le processus. C’est notamment un fichier électoral peu crédible et peu fiable, a loi sur la répartition des sièges peu valide La loi électorale intrinsèquement contradictoire en leurs articles 145 et 146 alinéas 1 et 2 Recours à la machine à voter, le climat de méfiance vis-à-vis de la CENI, Commission Électorale Nationale Indépendant et l’absence de la concertation sincère et objective entre acteurs clé du processus, la très faible exécution du plan de décaissement des fonds pour les élections, la liste des partis et regroupements politiques consacrant, on ne peut plus, le dédoublement des partis de l’opposition et excluant d’importants acteurs du processus électoral.

« Le manque de confiance des différents acteurs de la société civile, de l’opposition et d’une importante partie de la population comme l’a montré le récent sondage du Groupe d’Étude sur le Congo., l’insécurité généralisée sur le territoire national avec la prolifération de plus de 120 groupes armés, et une grave crise humanitaire qui a poussé près de cinq millions de Congolais (dont quelque 2 millions d’électeurs potentiels) au déplacement forcé à l’intérieur du pays, et des centaines de milliers d’autres à l’exile dans les pays voisins. Encore pire, une grand partie de la violence à travers le pays est perpétrée et orchestrée par nos propres militaires et officiers des forces de sécurité et de renseignement » disent ces organisations.

Les 176 organisations demandent aux organisations et internationales et régionales à se tenir aux côtés du peuple congolais pour exiger des conditions propices à des élections « réellement crédibles, transparentes, libres, inclusives et de qualité ».

Elles invitent aussi les congolaises et tous les congolais à travers le pays et à la diaspora de rester vigilant, débout, et mobilisé jusqu’à ce que le rêve d’élire des dirigeants et d’avoir un nouveau système de gouvernance basé sur l’état de droit, les institutions fortes, et le respect des droits fondamentaux soit réalisé.

Vave Ruhurumba Nelson

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.