RDC: L’opposition en colère après l’annonce du calendrier électoral par la CENI

RDC: L’opposition en colère après l’annonce du calendrier électoral par la CENI
61 Views

Le président de la Commission électorale nationale indépendante, CENI, a annoncé ce dimanche 5 novembre la tenue des élections présidentielles et législatives en une séquence en décembre 2018.

En République démocratique du Congo, l’annonce du calendrier électoral pour la présidentielle était attendu tant par le peuple, l’opposition que par la communauté internationale.

Pour le président de la CENI, ce calendrier électoral est publié conformément à l’accord du 31 décembre.

Le 28 octobre dernier, Nikki Halley, ambassadrice des Etats unis à l’ONU a sommé la CENI à publier un calendrier électoral pour les élections présidentielles qui ne doivent pas aller au délà de 2018.

Le Rassemblement, par son président Félix Tshisekedi, s’était déclaré favorable pour les élections en juin 2018 au plus tard. Les évêques catholiques ont également appuyé demande des Etats unis qui cadre aussi , selon Nikki Halley, avec l’opinion de la communauté internationale

Des réactions n’ont pas tardé

Le parti politique Envol, membre de la plateforme de l’opposition Alternance pour la République, rejette le calendrier électoral publié ce dimanche par la CENI.

« L’Envol a suivi avec intérêt la publication faite ce dimanche 5/11/2017 par la CENI du calendrier électoral. L’Envol conteste ce calendrier qui manifeste un manque de volonté politique d’organiser les élections afin de sortir le pays de la crise dans un bref délai. Par cet acte, la CENI s’est illustrée une fois de plus par son manque d’indépendance et a perdu toute légitimité pour assurer l’organisation des élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées en RD Congo », dit le parti de Delly Sesanga dans un communiqué publié quelques heures après la publication du calendrier électoral.

«La CENI est en train de chercher des manœuvres pour qu’il n’y ait pas d’élections. Donc pour nous, le calendrier réaliste devrait être celui qui fixe les élections au mois de juillet 2018 et qu’on puisse scinder les élections en commençant par la présidentielle », renchérit Serge Tshimanga, secrétaire national rapporteur d’Envol.

A ce sujet, l’Envol propose l’élaboration d’un calendrier alternatif.

« Conscient de la nécessité d’amener le pays vers la tenue des élections pour une alternance démocratique, l’Envol présente un calendrier alternatif réaliste pour lequel il lance un appel au soutien du peuple congolais, de la classe politique et les forces vives de la Nation afin d’obtenir le changement des animateurs des institutions dans un bref délai. L’Envol lance un appel aux partenaires de la RDC notamment les Nations unies à fournir dans le cadre de la Monusco un mécanisme d’accompagnement pour l’élaboration et l’application effective de ce calendrier », ajoute le communiqué.

Même son de cloche pour la nouvelle société civile Congolaise

Jonas Tshiombela, coordonnateur de la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC), estime que le calendrier électoral publié par la CENI est une provocation et un déni de réalité.

« La CENI a fait un mélange de provocation et de déni de réalité. Si elle avait réellement consulté les parties prenantes, ce calendrier ne devait pas être assorti des contraintes. En mettant en avant les contraintes, nous comprenons tout de suite que la CENI prépare déjà l’opinion. Elle veut justifier son prochain comportement, c’est-à-dire le report des élections », a-t-il dit dans une interview à ACTUALITE.CD, quelques heures après la publication du calendrier électoral.

D’après Jonas Tshiombela, la recomposition de la CENI devient inévitable. A cet effet, il fait appel aux acteurs de la société civile pour proposer un calendrier alternatif et crédible pouvant organiser les élections en juin ou juillet 2018.

« La recomposition de la CENI devient inévitable. C’est un calendrier qui démontre la volonté de ne pas organiser les élections. Deux propositions le peuple congolais devra s’assumer pour donner l’orientation et les acteurs de la société civile électorale sont appelés à s’unir  pour proposer un calendrier alternatif réaliste pouvant nous donner les élections d’ici  juin ou juillet 2018 », a-t-il ajouté.

La Lucha, elle invite les forces de sécurité à se désolidariser de Kabila

En réaction à la publication du calendrier électoral ce dimanche 5 octobre par la CENI, le mouvement citoyen « Lutte pour le changement » (Lucha) déclare ne plus reconnaître toutes les institutions à mandat électif et appelle l’armée et la police à se ranger derrière la population.

« Déclarons ne plus reconnaître Joseph Kabila, son gouvernement, ses représentants, et tous les membres des institutions éligibles, comme représentants légitimes du peuple Congolais, et appelons les puissances étrangères et les organisations internationales à en faire autant », a déclaré le mouvement citoyen.

La Lucha invite la population à la désobéissance civile et l’appelle à la mobilisation tous azimuts à travers le pays pour, dit-elle, « chasser Joseph Kabila et son régime du pouvoir qu’ils exercent en violation de la constitution«

« Appelons solennellement tous les Congolais – hommes, femmes, jeunes – où qu’ils soient, à se lever dès à présent et user de tous les moyens légitimes pour chasser Joseph Kabila et son régime du pouvoir qu’ils exercent en violation de la constitution. A travers toute la RDC, mobilisons-nous dans nos quartiers respectifs pour bloquer totalement le pays jusqu’au départ de Joseph Kabila, de tous les membres du gouvernement, tous les membres du parlement, ainsi que tous les membres des assemblées provinciales et des gouvernements provinciaux ;
Appelons les Congolais à la désobéissance civile dès aujourd’hui, y compris en cessant dès à présent de payer toute taxe et tout impôt, de répondre aux convocations, ordres et injonctions des institutions illégitimes et des personnes qui les représentent », lit-on dans la déclaration.

La jeunesse de la Lucha appelle également l’armée et la police à se ranger « du côté du peuple«

« Appelons tous les officiers généraux, officiers supérieurs, officiers et hommes et femmes des rangs au sein des FARDC et de la Police Nationale Congolaise (PNC) à se ranger immédiatement du côté du peuple et assurer sa défense ainsi que la défense de l’intégrité nationale. Les récalcitrants doivent être considérés comme tous les autres ennemis du Peuple et traités comme tels », a déclaré la Lucha.

   La majorité et le conseil national de suivi de l’accord approuvent

La Majorité Présidentielle approuve le calendrier électoral que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié ce dimanche 5 novembre 2017. Dans un communiqué publié pour la circonstance, la famille politique du président Kabila indique que le calendrier rendu public lève tout malentendu autour du processus électoral en cours.

« La Majorité Présidentielle fonde l’espoir que cette décision tant attendue par le peuple congolais contribuera à lever tout malentendu préjudiciable au sujet et autour du processus électoral », a dit le porte-parole de la Majorité Présidentielle, André Alain Atundu Liongo.

La Majorité Présidentielle dit que le calendrier électoral a été réalisé et publié conformément aux discussions qui ont eu lieu à la Cité de l’Union Africaine et au Centre interdiocésain de Kinshasa.

Aussi, le secrétaire général de la Majorité présidentielle et président de l’Assemblée nationale se félicite pour la publication du calendrier électoral par la CENI.

Pour Aubin Minaku, le calendrier publié ce dimanche 5 novembre 2017 est un signal fort pour la tenue des élections.

« Le calendrier électoral est là, le décor est planté. Vivement les élections« , a réagi Aubin Minaku sur son compte Twitter, quelques minutes après la publication du calendrier électoral.

Dans le calendrier électoral publié ce dimanche, la CENI consacre la tenue de l’élection présidentielle couplée aux législatives nationales et provinciales en date du dimanche 23 décembre  2018.

Joseph Olenghankoy se félicite aussi de la publication ce dimanche 5 novembre du calendrier électoral par la Ceni. Il évoque un calendrier « réaliste et consensuel« .

« Le CNSA se félicite de la publication du calendrier électoral réaliste et consensuel pour les élections présidentielle, législatives et provinciales en décembre 2018 », a dit le président du CNSA sur son compte Twitter.

La Rédaction

 

Partager cet Article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )