RDC : la police, accusée d’avoir tué 55 adeptes de Ne Mwanda Nsemi en avril

la police congolaise a tuée des adeptes de Ne Mwanda Nsemi

 « Il faut que la justice soit rendue pour les 55 personnes tuées au Kongo Centrale et à Kinshasa ». C’est par cette phrase que Human Rights Watch commence son rapport sur ce qu’il appelle « la répression du mouvement Bundu dia Congo » de ce 19 mai.

Pour cette organisation de défense des droits de l’homme, la police de la République démocratique du Congo a eu recours à plusieurs reprises à une force létale excessive contre ce mouvement religieux.

Pour ce Human Rights Watch, la répression du gouvernement congolais a eu lieu du 13 au 24 avril dans plusieurs villes de la province du Kongo Centrale et de Kinshasa. Elle a causé la mort d’au moins 55 personnes et blessé nombreuses autres.

« Une opération policière effectuée le 22 avril contre le mouvement dans la ville de Songololo a fait 15 morts, et une autre, menée le 24 avril contre la résidence de Nsemi à Kinshasa, a fait au moins 33 morts », note-il.

Pour Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch, les autorités congolaises se devait de répondre aux messages du BDK qui incitaient à la haine ethnique.

« Mais le gouvernement a répondu en violant les normes internationales relatives à l’usage de la force, provoquant un bain de sang. », fait-il savoir.

Des chiffres qui contrastent avec ceux donnés par les autorités congolaises. Human Rights Watch indique avoir établi 33 membres du BDK tués à Kinshasa alors que le ministre de l’intérieur, Gilbert Kankonde parlait de 8 morts et 43 autres blessées.

Watch fait savoir s’être entretenu par téléphone avec plus de 50 personnes, dont des victimes et des témoins d’abus, des membres du BDK.  Mais aussi des membres de personnels hospitaliers, des responsables du gouvernement et des Nations Unies.

Des activistes des droits humains et des journalistes ont été également consultés pour établir ce bilan.

Thomas Uzima

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.