RDC : corruption, réforme CENI, unité de la Société Civile (l’appel de la Société civile du Kwilu, Sud-Kivu et Kongo Central)

Les acteurs de la Société Civile du Kwilu, Kongo Central et du Sud-Kivu condamnent la corruption décriée lors des élections des bureaux définitifs des Assemblées provinciales et des sénateurs, et soutient la décision du Chef de l’Etat relative à l’ouverture des enquêtes judiciaires contre les éventuels corrompus et corrupteurs.

C’est un soutien apporté au cours d’une réunion des représentants de la société civile de ces provinces réunis au centre CEPAS à Kinshasa ce vendredi 29 mars 2019. Ceux-ci notent que ces corrupteurs et corrompus «devront impérativement répondre de leurs actes  devant les instances compétentes ».

Élargir la lutte contre la corruption au-delà de l’environnement électoral

Dans cette déclaration, les représentants recommandent au Chef de l’Etat, d’élargir la lutte contre la corruption « au-delà de l’environnement électoral pour atteindre les responsables  et Agents des secteurs  publics, para étatiques et privés et d’en faire une campagne nationale »

Ils disent également l’encourager à développer des politiques claires et courageuses  afin d’endiguer le fléau avec la collaboration de la Société civile « qui lui promet un soutien sans faille ».

Au Procureur Général de la République, ils recommandent d’enquêter et d’instruire sans complaisance sur les allégations des corruptions pendant les élections sénatoriales ainsi que sur les malversations et détournements des deniers publics décriés dans tous les services publics de l’Etat «car ces antivaleurs se métastasent tel un cancer qui gangrène tout notre  système  et nécessite une thérapie d’éradication au même titre que l’épidémie d’EBOLA.   La Société civile est disposée à vous offrir sa collaboration  pour endiguer ce fléau qui nous a longtemps appauvris »

extirper de cette institution d’appui à la démocratie (CENI) tout membre issu d’un parti politique

En ce qui concerne la Commission Electorale Nationale Indépendante, la Société Civile du Kwilu, Kongo Central et du Sud-Kivu demande au Chef de l’Etat d’initier des profondes réformes légales et institutionnelles pour rendre plus indépendante la CENI et « de  la  dépolitiser  de sorte à extirper de cette institution d’appui à la démocratie tout membre issu d’un parti politique et que seuls les techniciens électoraux et les personnalités indépendantes de la Société Civile composent celle-ci ».

La société Civile doit éviter de se dupliquer pour agir en synergie 

A la société Civile, ces  acteurs demandent d’éviter de se dupliquer et d’agir en ordre dispersé en se laissant manipulée pour servir des intérêts politiciens et  partisans, « car, à ce jour,  il est malheureux d’observer l’apparition des structures mises sur pieds par des imposteurs s’autoproclamant  sociétés civiles sans aucune compréhension de la vision et la mission dévolues à celle-ci », dit la Société Civile de Kwilu, Kongo Central et Sud-Kivu.

« A  cet effet,  nous appelons à la synergie d’une société civile unique qui assume pleinement son rôle de chien de garde en vue de l’amélioration des conditions de vies de la population congolaise » lit-on dans la déclaration.

Notons que cet appel survient après le tollé suscité par l’élection des sénateurs en République Démocratique du Congo. Plusieurs candidats et acteurs sociaux avaient alors dénoncé des pratiques « honteuses » de la part des candidats et des députés provinciaux. 

Jean-Luc M.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.