RDC-Burundi: CCF plaide pour la revue à la baisse du coût du test Covid-19

CCF
Armelle Katembera, Coordonnatrice de CC

L’organisation Célébrons le Courage de la Femme (CCF), plaide auprès des autorités de la RDC et du Burundi, en vue de revoir à la baisse le coût du test de dépistage rapide du Covid-19, qui est exigé notamment aux petites commerçantes transfrontalières, pour la traversée entre ces deux pays.

Armelle Katembera, Coordonnatrice de CCF, l’a dit dans un message de plaidoyer des femmes exerçant le petit commerce transfrontalier entre la RDC et le Burundi, en marge de la neuvième Assemblée Générale de la Plateforme des Autorités Locales des Pays des Grands-Lacs (PALPGL).

Selon elle, l’impact que la variation du coût du test de dépistage rapide de la Covid-19 demeure «très négatif» sur l’économie de ces femmes, car même si le Gouvernement burundais a revu ces frais à 15 dollars (au lieu de 30 précédemment exigés), elles sont individuellement tenues de payer environ 25 dollars, notamment 5 du côté congolais.

«Nous nous faisons le devoir de rappeler qu’en RDC, ces frais demeurent plutôt fixés à cinq dollars américains pour l’obtention du Certificat de Police Sanitaire pour une durée de validité allant jusqu’à quatorze jours. Par ailleurs, il est vrai que la fixation des conditions d’accès sur le territoire de tout Etat relève des domaines de sa souveraineté, surtout dans ce contexte sanitaire fragilisé par la propagation de la pandémie de Covid-19 à l’échelle planétaire. Mais il demeure tout aussi vrai que la plupart des restrictions actuellement en vigueur sont au préjudice de certaines catégories sociales, dont les plus petits commerçants transfrontaliers, parmi lesquels figurent des femmes disposant d’un capital économique d’investissement atteignant difficilement la barre de cinquante dollars américains l’année, aujourd’hui obligées, comme tous les autres citoyens plus nantis et riches, de payer ces frais à chaque traversée,» fustige cette organisation.

Lire aussi Bukavu : CCF chez le président de la PALPGL pour apporter les doléances des femmes petites commerçantes

CCF explique que cette baisse devrait prévenir le risque pour ces femmes de recourir à des réseaux mafieux ou à la clandestinité pour traverser les frontières terrestres et maritimes entre ces peux pays, dans le but d’échapper au paiement des frais assignés aux tests de dépistage rapide. Cela, selon elle, les expose à des noyades, décès précoces, arrestations et autres dégâts imprévisibles.

«Face à ces risques et défis, dont la liste n’est pas exhaustive, ces femmes ont tenu à recommander à vos autorités respectives des pistes de solutions réalistes dont voici les plus ressorties : Revoir progressivement à la baisse le coût du test de dépistage rapide et de prise en charge de la Covid-19 et porter le plaidoyer pour son harmonisation au niveau des Etats de la Communauté Economique des Pays des Grands-Lacs (CEPGL). Porter le même plaidoyer en vue de rendre standard le document devant constater ou prouver les résultats dudit test de dépistage rapide au niveau de ces Etats de la CEPGL et l’étendre à tous les autres pays membres de la Conférence Internationale pour la Région des Grands-Lacs (CIRGL). Permettre provisoirement aux catégories sociales les plus particulièrement vulnérables, notamment aux femmes exerçant le petit commerce transfrontalier entre la RDC et le Burundi, de pouvoir traverser les frontières terrestres et maritimes des deux pays moyennant le test de dépistage rapide qui coûte le moins cher possible, soit cinq dollars américains, en attendant l’harmonisation espérée au niveau de la sous-région des Grands-Lacs,» explique CCF dans son message de plaidoyer.

Cette organisation demande également aux autorités des deux pays de mettre en place des boîtes à suggestions pour recueillir les plaintes, signalement d’incidents, revendications et des recommandations des femmes exerçant le petit commerce transfrontalier, et ceux d’autres personnes, afin qu’ils inspirent les décisions futures les concernant directement, ou ayant un lien avec leurs types d’activités commerciales.

Museza Cikuru

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.