RDC : 25 citations mémorables de Laurent-Désiré Kabila (1ère partie)

Mzee - Laurent - Désiré - Kabila - assassinat
Mzee Laurent Désiré Kabila

Ce 17 mai 2020 marque l’anniversaire officiel de la chute du maréchal Mobutu qui avait eu un règne sans partage pendant plus de 32 ans sur l’ex Zaïre. C’est donc ce jour que Laurent-Désiré Kabila prend le pouvoir après avoir fait subir à l’armée zaïroise des cuisantess défaites depuis l’Est du pays.

Magloire Paluku est l’un des compagnons de Mzee Laurent-Désiré Kabila. Il fut son Journaliste archiviste. Il propose ce dimanche 25 citations mémorables de Laurent-Désiré Kabila. Il s’agit  d’une première partie d’une longue liste.

Laprunellerdc.info vous propose cet assemblage inédit de Magloire Paluku. 

« 25 CITATIONS DE LAURENT-DÉSIRÉ KABILA (MEMORABLES ) PARTIE 1

1. Un peuple ne peut avoir peur comme une poule. Même la poule avant de fuir, elle regarde d’abord qui va la manger.

2. Nous n’avions pas d’armes ni des aéroports pour lancer notre rébellion. Nous utilisons le Rwanda pour le transit de nos armes.

3. Ceux qui ont ruiné le Zaïre, ce sont les occidentaux et leur ami Mobutu.

4. Le pouvoir doit partir de la base au sommet. Les cellules populaires doivent s’organiser afin de proposer aux gouvernants leurs besoins.

5. Le Congo ne peut se développer sans l’agriculture et une l’agriculture motorisée.

6. Au Zaïre faible il faut opposer un Congo fort.

7. Nous ne pouvons être des valets de Rwandais, ils vont se mordre les doigts (quand nous arriverons à Kinshasa )

8. Vous nous voyez, vous, payer la dette du Fonds Monétaire International, dette qu’ils ont gaspillé avec leurs amis Mobutistes ?

9. Nous ne pouvons pas entrer dans la mondialisation en étant un pays faible. Nous devons d’abord nous développer !

10. Pour contrôler et surveiller les 2.345 millions Km2 de notre pays, il nous faut au minimum le un dixième de la population en militaires et policiers professionnels.

11. Les ONG sont parfois des boîtes aux lettres des rebelles.

12. Certains fils du Congo se font corrompre avec du bakchich pour nuire à leur pays.

13. Il nous faut de partenaires qui construisent nos infrastructures routières et ferroviaires. Que l’on soit capable de se réveiller à Lubumbashi , aller travailler à Kinshasa et revenir le soir sur Lubumbashi. Que l’on se réveille à Kikwit, aller travailler à Mbuji-Mayi et revenir le soir à Kikwit après le travail.

14. Je suis capable des choses que l’humanité ne pourra oublier… !

15. Les minerais du Congo ont construit la Belgique, il est temps que les minerais du Congo reconstruisent le Congo et aident les Congolais.

16. Nous devons chasser le chômage… !

17. Si ma femme est la première dame, la tienne (journaliste Lubunga) porte quel numéro ?

18. Laissez les envahisseurs entrer en RDC, ils vont se perdre dans nos immenses forêts…ne leur donnez rien à manger ni à boire. Résistez et résistez encore.

19. L’une des langues officielles de l’armée dans notre pays sera le Kiswahili.

20. A Kinshasa, il y a un évêque que je ne peux recevoir seul. Après votre réunion avec lui, il dit toujours le contraire de ce que vous vous êtes dit.

21. Nous devons créer la Banque Congolaise de Matières Premières (BCMP) afin de donner la valeur à nos propres minerais. Aucun étranger ira en province, dans nos villages, creuser nos minerais qui doivent d’abord être utiles aux habitants de la place.

22. Nous devons rester unis. Notre pays est un Etat Unitaire.

23. Organisez-vous en comités de pouvoir populaire. Vous serez forts et tous ensemble nous connaîtrons l’évolution de chaque entité afin de créer la caisse de péréquation.

24. Je suis un Soldat du peuple, je sais qu’ils cherchent ma peau mais les impérialistes doivent savoir qu’il y aura plusieurs autres révolutionnaires qui aiment réellement notre pays, après moi.

25. Mon fils a mené la geure sur l’axe Kisangani… !

MAGLOIRE PALUKU« 

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.