Plus de 23 barrières entre Uvira et Fizi: le député Amato Bayubasire interpelle les autorités politico-militaires 

8 Views

Après sa tournée dans les territoires d’Uvira et Fizi, le député Amato Bayubasire fait un constat amère sur la circulation des personnes et des biens dans les deux territoires.

Cela est dû à l’existence de plus de vingt trois barrières «irrégulières» sur la route Uvira jusqu’à Misisi dans le territoire de Fizi

Sans en faire une simple affaire, le député Amato Bayubasire interpelle donc le gouverneur de Province Théo Ngwabidje, le commandant de la 33ème région militaire, le général Akili Mundos, et le commandant de la Police Nationale Nongolaise, Louis karawa pour rétablir l’ordre dans l’urgence et ainsi faciliter la circulation des personnes et de leurs biens

«je voudrais ici parler à Monsieur le gouverneur, au commandant de la 33ème région militaire et au commandant de la Police dont je reconnais leurs efforts pour chacun, d’instruire ses services afin que ces barrières soient enlevées. Nous avons inventorié neuf barrières de Uvira à Baraka, et les gens qui sont venus de Misisi nous ont parlé de 23 barrières » renseigne le député Amato bayubasire

Si rien n’est fait dans ce sens, le député national promet qu’il n’hésitera pas d’interpeller leurs autorités hiérarchiques pour s’expliquer devant les élus du peuple sur la persistance de ces barrières

«je vais rentrer à Kinshasa, si ces barrières persistent le ministre de l’intérieur viendra à l’Assemblée nationale pour s’expliquer devant la nation pour quoi ces barrières continuent à exister » promet L’élu de Walungu

Il a en outre déploré le fait qu’un congolais en déplacement dans son propre pays puisse être soumis à des pratiques similaires aux pratiques applicables aux étrangers. Il en a profité pour mettre en garde le responsable de la Direction Générale de Migration/DGM afin que ces pratiques prennent fin

«comment comprendre que pour quitter dans le territoire d’Uvira, pour aller à Fizi tu puisses rencontrer une barrière bien érigée avec tous les services de la DGM, comme si tu quittais un pays pour un autre », se demande Amato

Avant de conclure, il a invité tous ceux qui pensent  comment relancer les tracasseries à Walungu et dans tous les territoires de cesser avant que l’Etat ne s’occupe d’eux.

Bertin Bulonza

Partager cet Article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )