Nord-Kivu: l’OBLC accuse Bralima et Brasimba « d’incivisme fiscal et de corruption »

artiste-Gouverneur-police rwandaise CPJ - morts - goma - monnaie -changeur - OBLC-Kivu - Entrepreneurs - un présumé - maisons cambriolées - changeur - monnaie - ngezayo-Goma filles - manifestations
Vue sur une partie de la ville de Goma

L’Office pour Bonne Gouvernance et la Lutte contre la Corruption (OBLC) en province du Nord-Kivu accuse les sociétés brassicoles œuvrant en province « d’incivisme fiscal et corruption ».  Selon Me Saidi Kahongya, Auditeur provincial de cette structure, depuis quelques mois ,il y a insuffisance de paiement des impôts et taxes, dues à la province du Nord-Kivu, de la part de ces sociétés.

Dans un communiqué de presse rendu public ce mardi 30 novembre 2021 à Goma, l’OBLC cite notamment les sociétés BRASIMBA et BRALIMA. Ces dernières, selon lui, paient un tiers de ce qu’elles devraient normalement payer, au détriment des recettes provinciales.

L’OBLC dénonce également les actes de « corruption », dont il accuse des responsables locaux des sociétés BRALIMA et BRASIMBA.

«Sous l’impulsion du Gouverneur du Nord-Kivu, l’OBLC porte à la connaissance locale et nationale que depuis un mois, il est en pied d’œuvre auprès des entreprises brassicoles œuvrant au Nord-Kivu en contre-vérifiant l’effectivité de paiement des impôts et taxes dues à la province du Nord-Kivu. Pour ce faire, il en dégage des agissements frauduleux en exécution des missions statutaires dévolues. De prime à bord, le traitement sommaire des données mis en notre disposition font état d’une insuffisance de paiement des impôts dues à la province du Nord-Kivu par les sociétés Bralima et Brasimba ,car le regroupement des données établies jusque-là démontrent qu’elles payent le 1/3 de ce qu’elles devraient payer,» peut-on lire dans le communiqué.

Ainsi, l’OBLC annonce la mise en accusation des responsables de ces sociétés et leurs complices. La structure prévoit la transmission de la note de calcul à l’administration fiscale du Nord-Kivu, en vue d’actionner les poursuites en recouvrement de plus de 500.000$ de « redressement de la fraude », qui serait entretenue par les sociétés Bralima et Brasimba.

Magloire Tsongo, depuis Goma

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.