Nord-Kivu : les FDLR disent ne pas être auteurs de l’attaque contre les écogardes près de Rumangabo et chargent Kigali

rebelles - masisi - FDLR
Des rebelles FDLR dans le Masisi. Ph. droit Tiers

Les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda, (FDLR) démentent «avec la toute dernière énergie » le communiqué « tendancieux » de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) du 24 Avril 2020 accusant les FDLR-FOCA d’être auteurs présumés de l’attaque contre le convoi de l’ICCN près de Rumangabo dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu qui a fait 17 morts dont 12 écogardes.

Dans un communiqué, les FDLR dénoncent que ces propos soient relayés par des médias qualifiés d’être « à la solde de Kigali » et repris par le Président rwandais Paul Kagame au cours de sa conférence de presse.

Les FDLR disent condamner sans réserve cette attaque ignoble et informent l’opinion nationale, régionale et internationale qu’elles n’ont rien à avoir avec ces forfaits, indique le Communiqué.

«Par contre, les FDLR tiennent à souligner que le territoire de Rutshuru est actuellement sous contrôle des militaires Rwandais (RDF) qui sévissent et sèment la désolation dans plusieurs coins du Nord-Kivu en connivence avec certains officiels congolais » dit le Communiqué, citant des officiels congolais comme complices de Kigali.

Ce mouvement des opposants au régime rwandais affirme que cette dernière attaque n’est que la suite des atrocités qui continuent à être commises par «les militaires de Kagame ».

Lire aussi: RDC: les FDLR dénoncent les incursions des militaires rwandais sur le sol congolais, qui mettent les réfugiés en «danger»

«Les FDLR soulignent que l’attaque menée par les militaires de Kagame ce 24 Avril s’ajoute à une longue liste des crimes dénoncés par la population locale et certaines autorités congolaises bien informées. Nous citons entre autres : – 8 personnes assassinées à Kazaroho – Kanyangiri dans le groupement Tongo après les corvées type Salongo leurs imposées dans le parc de l’ICCN. – Incendie de plus de 250 maisons dans la localité de Kirumba à Bambu et la localité Marangara à Tongo. – Plus de 60 dépôts de vivres incendiés dans ces 2 localités. – 2 femmes assassinées à Nyesisi Groupement Gisigari et une autre à Kibindi. – 3 personnes victimes de la barbarie humaine, l’une est morte à l’hôpital et 2 autres poursuivent les soins. – Une femme et son enfant froidement abattus ce 25 Avril 2020 à Kilinga non loin de l’antenne de Mulimbi. – 51 maisons brûlées et 27 personnes tuées les 24 et 25 Avril 20 à Majengo et Mayisafi dans Kirama non loin du centre de Kibilizi», ajoute le Communiqué.

Les FDLR disent également condamner ces opérations «barbares » en cours «menées par les troupes de Kigali » dans le territoire de Rutshuru en violation flagrante du Droit International Humanitaire et qui provoquent les déplacements massifs et forcés de la population sans assistance au moment où le monde entier prêche le confinement pour parer contre la propagation de la pandémie du COVID-19. 

Lire aussi: Rutshuru: des morts et des blessés dans des affrontements entre FDLR et la milice NDC-Renové à Katsiru-Bukombo

Les FDLR disent rappeler aussi que le régime actuel à Kigali «a l’habitude de commettre des forfaits calculés et les endosser à ses opposants pour s’en vanter ou les revendiquer plus tard ».

Pour eux, les accusations du Président Kagame et son allusion à la passivité des forces onusiennes en RDC visent à préparer l’opinion à accepter la légitimité de l’incursion des forces rwandaises de défense (RDF) à l’est de la RDC. 

Les FDLR disent prendre le gouvernement de la RDC et la Communauté Internationale à témoin sur les conséquences graves de l’insécurité multiforme que le Rwanda «risque de raviver à l’Est de la RDC si rien n’est fait pour déjouer les visées inavouées du Président rwandais Paul Kagame ».

Jean-Luc M.

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.