Nord-Kivu: la Société Civile demande la neutralisation tous les groupes armés qui cherchent à saboter les opérations FARDC-UPDF

FARDC-updf-ugandaise-FCC détruire - Beni-rebelles - armée jeunes militaires
des FARDC déployées à Beni au Nord-Kivu

La Coordination provinciale de la Société Civile du Nord Kivu estime que l’heure n’est pas à la dénonciation des mouvements suspects, mais plutôt à la neutralisation de tous les hommes armés qui cherchent à saboter les opérations conjointes FARDC-UPDF, lancées depuis le 30 novembre 2021 à Beni.

Cette structure citoyenne l’a dit au lendemain de l’alerte de l’armée congolaise et celle ougandaise, dans un communiqué faisant état des malfrats qui seraient entrain de s’apprêter à commettre des exactions contre les populations civiles, en se déguisant aux éléments de l’UPDF.

Dans une interview accordée à Laprunellerdc.info ce mercredi 12 janvier, Edgard Katembo Mateso, Président de la Société Civile du Nord Kivu, dénonce au même moment la « passivité » qui s’observe dans les opérations conjointes depuis leur lancement.

Pour lui, le retard dans les opérations de frappe de l’ennemi permet à ces derniers de se reconstituer, et continuer de commettre des exactions contre les populations civiles en province du Nord Kivu.

Celui-ci appelle l’armée à intensifier les attaques contre les rebelles ADF et leurs supplétifs.

«Nous avons bien sûr suivi le communiqué de l’armée ougandaise et congolaise, sur la gestation d’un mouvement rebelle qui veux créer une assimilation à l’UPDF, qui un moment donné pourrait opérer sous son image. Nous avons pensé que c’était une bonne initiative, mais c’est encore mieux d’étouffer ce mouvement à l’œuf. C’est à dire que notre armée ne devrait pas rester au niveau des lamentations ou de la dénonciation. Nous voudrions voir notre armée en œuvre. Mais quand l’armée dénonce, le gouvernement dénonce, le président de la République dénonce, nous ne savons pas finalement qui fait quoi. Dès lors que l’armée ougandaise et congolaise sont informés, ils doivent passer à des actions concrètes de traquer l’ennemi pour ne pas lui faire le temps de se réorganiser,» indique Edgard Katembo.

Soulignons que l’auditorat militaire de garnison de Beni-Butembo a affirmé avoir arrêté certaines personnes impliquées dans cette campagne de sabotage des opérations conjointes. L’armée rassure en même temps de la poursuite des enquêtes, afin de mettre fin à ce complot.

Elisha Kindy, depuis Butembo

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.