Nord-Kivu : forte sècheresse dans la partie sud de Lubero

singes- buffles - sècheresse
Des cultures dans un champs de Masisi. Ph, Laprunellerdc.info

La majeure partie du sud du territoire de Lubero au Nord-Kivu est confrontée à une forte sècheresse depuis plus de 4 mois déjà, une situation qui a des conséquences sur l’agriculture dans cette région.

Selon Paluku Kyavughakera Philémon, Président de la Jeunesse de Lubero, cette situation occasionne une hausse vertigineuse des prix des denrées alimentaires sur les marchés.

Lire aussi: Réchauffement climatique : « les principaux gaz à effet de serre ont franchit des nouveaux records » (l’ONU)

Depuis plus de 4 mois, explique-t-il, les rayons solaires ont ravagé des champs de cultures vivrières depuis Kanyabayonga jusqu’à Kitsombiro.

La Jeunesse du territoire de Lubero point du doigt le changement climatique. Il confirme que cette sécheresse conduit à la rareté de plusieurs produits agricoles et la spéculation des commerçants.

« Nous sommes en train de nous demander comment on va vivre avec cette sècheresse car les commerçants commencent à majorer les prix des denrées alimentaires. Une mesure du sombe, (feuilles des maniocs) amarantes et autres légumes qui se négociait bien avant à deux cents francs congolais se négocie actuellement entre 500 et 800 francs congolais. Certaines catégories des légumes ont disparu. Plusieurs espaces ressemblent désormais à un désert », explique-t-il.

Cependant, certains agronomes que nous avons contactés par rapport à cette situation indiquent que la perturbation climatique serait à la base de cette rareté en vivres. Ils appellent les habitants de cultiver des légumes dans des vallées et non sur des hautes altitudes étant donné que les montages ont moins d’humus.

La majeure population du territoire de Lubero se donne actuellement à la culture des arbres non fruitiers qui ont commencé à dévaster presque tous les vallons qui servaient à la production des pommes de terre, haricots, maïs etc.

Lire aussi: Rutshuru: lancement d’une campagne d’éducation environnementale sur les effets du changement climatique

Par ailleurs, toute la partie allant de Kanyabayonga à Kitsombiro en zones de santé de Kayna et Alimbongo n’a aucune goutte d’eau pluviale depuis au moins un semestre, ce qui impacte négativement tant à la vie humaine qu’animale.

Aussi, la grippe et la peste bouvière deviennent de plus à plus menaçantes.

Il est à noter qu’il s’observe une baisse de la production agricole dans plusieurs territoires de la Province du Nord-Kivu. C’est l’exemple de Masisi, Walikale et consorts. Nombreux spécialistes pointent du doigt plusieurs causes dont le changement climatique.

Bienfait Tumsifu, depuis Goma

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.