Nord-Kivu : des mouvements citoyens et la Société Civile annoncent des manifestations populaires dès ce lundi

artiste-Gouverneur-police rwandaise CPJ - morts - goma - monnaie -changeur - OBLC-Kivu - Entrepreneurs - un présumé - maisons cambriolées - changeur - monnaie - ngezayo-Goma filles - manifestations
Vue sur une partie de la ville de Goma

La Synergie des mouvements citoyens, la Société Civile et le collège des étudiants du Nord-Kivu appelle la population à des manifestations populaires dès ce lundi 25 octobre 2021 sur toute l’étendue la province.

Selon des sources proches de la Véranda Mutsanga, la population veut montrer sa position par rapport à la taxe RAM, l’inefficacité de la gratuité de l’enseignement au pays, l’insécurité grandissante au Nord-Kivu et interpeller le pouvoir de Kinshasa sur les arrestations enregistrées pendant la période de l’État de siège.

Lire aussi: P-DDRC-S: ne financer qu’après la nomination des animateurs crédibles (Société Civile et mouvements citoyens)

En coalition, les mouvements citoyens, le collège des étudiants et la Société civile du Nord-Kivu ont décrié les assassinats dans toutes les villes de la province et l’impuissance de l’armée congolaise face à la rébellion ougandaise de l’ADF/MTM dans la région de Béni.

 « Le pouvoir en place semple confisqué le pays en prenant le peuple en otage, tout un peuple en maintenant la fameuse taxe illégale dite RAM malgré l’interpellation du gouvernement congolais par certains députés nationaux. A partir de lundi, le 25 octobre 2021, disons NON à cette barbarie entretenue par le régime de Félix Tshisekedi », peut-on lire dans leurs messages.

Ainsi, ces mouvements citoyens et Société civile appellent la population de Beni, Butembo, Lubero, Rutshuru, Walikale, Masisi, Nyiragongo et de la ville de Goma à des manifestations pour interpeller la conscience du chef de l’État, Félix Tshisekedi et les autorités dans les provinces en état de siège.

En outre, ils appellent à la libération des activistes pro-démocratie détenus dans la Prison Centrale de Goma/Munzenze.

Lire aussi: P-DDRCS : à Goma, la Société Civile et la LUCHA manifestent pour exiger la démission de Tommy Tambwe

« Depuis l’instauration de l’État de siège, il s’observe des violations graves des droits humains et l’usage abusif du concept État de siège pour étouffer les droits et libertés de la population. Nous demandons la libération des artistes révolutionnaires Idengo et Muyisa Makasi de Beni, Hon. Mwami Lukoo de Lubero, Ghislain Muhiwa et Parfait Muhani de la Lucha et plusieurs autres qui périssent en prison sans cause valable », ajoutent-ils.

Magloire Tsongo, depuis Goma

Etiquettes:

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.