Nord-Kivu: à la rencontre des déplacés de Kanyabayonga

Plusieurs déplacés sont toujours visibles sur le site de Kalimba, à 4 Km de la cité de Kanyabayonga (au carrefour entre les territoires de Rutshuru, Lubero et Walikale) dans le Nord-Kivu.

Nous avons rencontré certains d’entre eux et disent fuir l’insécurité devenue récurrente dans leurs milieux de vie et qui vivent dans des conditions très difficiles.

Dans certaines régions, des groupes armés font payer des taxes et se comportent en véritables maîtres. C’est entre autre raison de l’afflux  des déplacés qui  fuient les atrocités des groupes armés.

Enfants, vieux, jeunes reçoivent l’aide du Comité International de la Croix-Rouge depuis quelques jours et disent venir dans des centres des cités où il y a encore de l’insécurité.

« Je fuis mon village suite à l’insécurité. Nous ne savions plus nous rendre dans nos champs car les miliciens nous imposaient de payer 1000 à 4000 francs congolais. Si ton voisin abandonnait son champ alors c’est à toi de payer pour lui. Nous sommes pauvres nous n’arrivions pas à avoir l’argent demandé. Et en plus, les combats ne cessaient pas. Voilà pourquoi j’avais fuis. » explique Kakule un déplacé trouvé sur le site de distribution des vivres par le Comité International de la Croix-Rouge.

Le Cukudu, un moyen de transport

Le site de distribution des vivres aux déplacés est situé à Kilamba environs 4 kilomètres de Kanyabayonga-centre.

Pour transporter les vivres reçus, les déplacés payent des jeunes garçons pousse-pousseurs qui mettent les produits sur leurs « Cukudu ». Une sorte de pousse-pousse en bois et à deux roues très utilisé dans certaines régions du Nord-Kivu.

« Je viens du quartier Kanyoti pour chercher le boulot. Je conduis le Cukudu et comme je suis élève je le fait chaque jour après l’école. Mais comme nous sommes en congé je suis ici depuis le matin et je viens de réaliser trois courses. Sur mon cUkudu je transporte jusqu’à 5 sacs de farine et je suis payé 500fc par course. Cette activité ici est une occasion pour nous aussi de gagner quelque chose par ce moyen de transport. » nous dit Kakule Henry jeune conducteur de » Cukudu ».

Des mineurs « Cukudistes » de Kanyabayonga transportant de l’aide remise par le CICR aux déplacés de Kanyabayonga. ©Laprunellerdc.info/Thomas Uzima

La prévention contre Ebola

Aucun cas d’Ebola n’a été détecté dans ce coin. Des cas de cette maladie  sont signalés plutôt dans le nord de Lubero où certains malades sont pris en charge. Cela n’empêche pas la population d’observer certaines règles de prévention. Sur le site de distribution des vivres les fûts d’eau sont installés à l’entrée et chaque personne doit d’abord se laver les mains avec du savon: Humanitaire comme déplacé

« Nous avons une équipe qui est chargée d’apporter de l’eau que nous mettons dans les fûts avec robinet et là chaque personne commence par se laver les mains au savon avant d’accéder au site» nous dit un secouriste de la Croix-Rouge Congolaise qui travaille sur le site.

Cette distribution concerne les déplacés de février et juin qui n’avaient pas bénéficié de la première distribution organisée par la NRC une organisation norvégienne.

Thomas UZIMA, envoyé spécial à Kanyabayonga

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.