Nord-Kivu: A la rencontre de Mbusa Bahisi Rodrigue, un jeune de la LUCHA, victime de la répression à Beni

Natif de Beni et militant du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA), Mbusa Bahisi Rodrigue est un jeune congolais âgé de 24 ans, maçon de son état, il a consacré son temps à lutter pour le changement, le bien être de la population dans son pays la République Démocratique du Congo, mais également  en faveur du retour de la paix dans son Beni natal.

C’est depuis plusieurs  années que le jeune Rodrigue a commencé son combat pour réclamer la justice, la sécurité et respect des droits fondamentaux des citoyens vis-à-vis de l’Etat ;

La motivation de son combat  dans le mouvement  « Lutte pour le Changement, Lucha » a sa source dans les conditions sécuritaires,  des traitements inhumains dont sont victimes les populations de Beni en particulier et de la République Démocratique du Congo et cela, sous l’œil impuissant des dirigeants qui pourtant sont sensés protéger leurs sujets ; mais qui les abandonnent à la merci des groupes rebelles dans le coin qui le terrorisent, et multiplient des cas de massacres à répétitions. « Dans des conditions pareilles, il est donc nécessaire de batailler pour la libération » a exigé Rodrigue Mbusa dans un entretien que laprunelle.info a effectué avec lui.

Les circonstances de sa blessure

Rescapé des massacres des ADF car ayant échappé plusieurs fois à leurs attaques, Rodrigue n’a pas échappé à la répression policière qui pour la nième  fois, selon lui a « manqué du professionnalisme ». C’était lors d’une manifestation organisée par son mouvement la « Lucha » pour dénoncer des tueries, des massacres et autres représailles de différentes rébellions et réclamer la paix effective et durable que Rodrigue Mbusa a été blessé par le gaz lacrymogène lancé maladroitement par la police. Alors qu’ensemble avec la population dénonçaient de l’insécurité grandissante à Beni, la dite insécurité causée par les ADF et autres mouvements rebelles qui opèrent dans la zone de Beni et qui fragilisent la vie des concitoyens dans cette contrée du pays.

Étant l’un des courageux militants, Rodrigue Mbusa faisait partie des manifestants jouant le rôle d’un bouclier humain, le commandant se plaçant à la première ligne ; ce qui  avait fait de lui la victime, la cible de la méchante répression, perdant ainsi son œil gauche suite  aux effets des gaz lacrymogène lui lancés droit dans cet œil-là !

Quelle cruauté!

Depuis ce jour-là le jeune Rodrigue a eu des problèmes de vision jusqu’à devenir borgne malgré plusieurs soins ophtalmologiques reçus d’abord à Beni puis à Bukavu. C’est dans ce cadre qu’il est de passage à Bukavu où il a poursuivi des soins appropriés mais sans issue favorable pour quelques jours avant de repartir dans son fief, qui est la ville de Beni dans le Nord-Kivu. Tout ce que les médecins qui l’on consultés parviennent à dire c’est « quelle cruauté » !!!

« Malgré ça, la lutte continue »

Dépourvu son œil, Rodrigue n’a pas désarmé et poursuit sa lutte, Mbusa Bahisi s’est dit toujours prêt à continuer dans sa lutte avec la Lucha, et n’a pas été découragé en aucun cas malgré le handicap qui lui guète désormais. , il se dit plutôt  plus déterminé  et continue jusqu’aujourd’hui à  y croire et à aller jusqu’au bout pour la cause de son combat.

« Je suis un militant, je me suis engagé et je suis déterminé à poursuivre ma lutte » a assuré Rodrigue Mbusa avant de chuter par le slogan « et la lutte continue » pour rassurer de sa détermination à poursuivre le combat pour réclamer la paix à Beni aux dirigeants de ce pays, car dit-il « l’homme ne peut pas être traité comme un animal, alors qu’il a un Etat qui devrait lui garantir sa protection ».

Eric Shukrani

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.