Nomination des étudiants dans des Comités de gestion: voici les précisions de Muhindo Nzangi

cepromad nzangi -ruberwa. Muhindo Nzangi
Muhindo Nzangi, Ministre de l'ESU

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) a éclairé ce mercredi 08 décembre 2021 la lanterne des députés nationaux, au sujet des nominations des étudiants au sein des Comités de gestion, qu’il a récemment effectuées.

Invité à se présenter devant la représentation nationale pour apporter les éléments de réponse à la question orale avec débat, Muhindo Nzangi a précisé que toute sa politique était basée sur les recommandations des états généraux. Pour lui, le recteur nouvellement nommé au Kasaï à la tête d’une institution, est un prêtre catholique et non un diplômé d’État.

« Je voudrais vous faire part d’une réalité dans le secteur surtout dans l’espace grand Katanga et dans l’espace grand Tanganyika. Les gens se prêchent à devenir des autorités académiques alors qu’ils résident ici à Kinshasa. Ce qui fait que lorsqu’ils sont nommés professeurs ils dirigent les établissements par téléphone. Et moi j’ai exigé que toute personne que je vais nommer dans les comités de gestion doivent rester là-bas. Au lieu de nommer un professeur qui va diriger l’établissement par téléphone, je préfère designer les chefs de travaux qui résident là-bas. Le secrétaire Kamashindi puisque c’est de lui qu’on a parlé, qu’on a nommé un diplômé d’État. C’est un abbé. Peut-être au Kasaï il y a des abbés D6 ? Il a été désigné par la communauté locale, » a expliqué Muhindo Nzangi

En outre, au sujet de la faculté de médecine, le patron de l’ESU a pris le temps de revenir sur les motivations de la décision ayant conduit à la sélection de 16 établissements autorisés de recruter les étudiants en médecine humaine.

« Nous avions 116 facultés de médecine qui fonctionnaient dans le pays, dans des conditions peu commodes, sans laboratoires, sans clinique universitaire et sans enseignants propres. Le médecin formé dans ces conditions n’en est pas un. C’est pourquoi les états généraux nous ont encouragés de commencer pas assainir la faculté de médecine, » précise-t-il.

M.Nzangi a rappelé que ne peuvent concourir au test d’admission à la faculté de médecine, seuls les élèves finalistes des humanités scientifiques. Ceux des autres options devront présenter un diplôme d’État obtenu avec 70%.

Signalons que l’initiateur de la question orale, le député Jean Pierre Kayembe, avait également fustigé le fait que Muhindo Nzangi n’a pas tenu compte du genre dans ces nominations, soutenant qu’aucune femme n’a été nommée dans 18 comités de gestion.

«Vous ne pouvez pas comprendre que le ministre nomme des étudiants. Dont un de l’ISTA/Goma de première licence comme administrateur de budget. À l’ISP/Kalomba, il nomme un diplômé d’Etat comme secrétaire général administratif et un étudiant de G1 comme secrétaire général académique,» avait déclaré ce député.

Magloire Tsongo, à Goma

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.