Mwenga: le chef de groupement Mpute aux arrêts à Kitutu, les exploitants chinois de l’or pointés du doigt 

mpute - wamuzimu
Une manifestation contre l'exploitation illicite des minerais à Wamuzimu. Ph. d'illustration

Le chef de groupement Mpute en chefferie des Wamuzimu vient d’être arrêté par des militaires conduit par un officier FARDC la matinée de ce mardi 10 août 2021.

Il est reproché de dire non à « l’exploitation illégale des minerais par des Chinois et la présence des militaires FARDC dans les sites miniers » en chefferie des Wamuzimu, territoire de Mwenga au Sud-Kivu.

Lire aussi: Mwenga: des sites miniers demeurent contrôlés et exploités par des militaires FARDC

« On lui reproche d’avoir protégé sa terre et ces administrés face aux nouveaux maîtres chinois. Un lieutenant-colonel des FARDC avec son bataillon sont déjà déployés dans le village Mitobo, chef-lieu du groupement Mpute ».

Selon Charly Wenga, notable du milieu, une anarchie totale s’installe désormais dans cette entité où des dirigeants qui s’opposent aux entreprises minières chinoises sont remplacés par force.

«Le chef de groupement Kamwanga et ses chefs de localités à Lugushwa sont chassés et remplacés par les Chefs des camps militaires. Voilà, l’anarchie totale causée par la ruée de l’or dans la chefferie des Wamuzimu », dit-il.

Pour ce notable, les conquérants chinois à la recherche de l’or, ordonnent aux militaires commis à leur garde de sécuriser des minerais, de torturer des civils y compris les autorités administratives locales dont Monsieur Kwembwa.

« C’est une image humiliante pour notre communauté mais un silence absolu de la part de nos dirigeants s’observe. Cette situation de pillage des minerais par les chinois dans Wamuzimu dure depuis janvier 2020 avec la complicité des autorités coutumières, politico-administratives et militaires de la province ».

Notons que les différents sites miniers du territoire de Mwenga utilisés par des Chinois sont objets de plusieurs critiques de la part des communautés locales à l’instar des Wamuzimu et de Luindi. Les entreprises minières chinoises exploitent des minerais sans contrepartie aux populations locales.

Lire aussi: Mwenga : un policier et un militaire commis à la protection d’un site minier à Sugulu, tués

Pourtant les autorités politiques et militaires accusées de favoriser cette anarchie refusent toujours de reconnaître cet état des choses.

Abdallah Mapenzi

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.