Mikenge: les FARDC déjouent une attaque de la coalition Makanika contre une position militaire

kiliba-buhirwa- loashi - opérations-Buhirwa-FARDC-mboko-zone-Fizi-Sajeck forces vives réclame la justice pour le Congo
Les FARDC en redéploiement aux environs de Tuwe tuwe, territoire de Mwenga au Sud-Kivu. Ph. FARDC Capt. Kasereka

L’état-major du 121ème bataillon des FARDC cantonnés à Mikenge, dans le groupement Basikinji 1er en secteur d’Itombwe, territoire de Mwenga au Sud-Kivu, a été attaqué par des miliciens de la coalition des groupes armés Makanika-Ngumino, vers 4 heures du matin de ce vendredi 22 octobre 2021.

Des sources concordantes font état des éléments FARDC grièvement blessés, et 1 mort coté Ngumino. Les blessés de FARDC ont été conduits à la base de la MONUSCO à Mikenge, pour leur évacuation.

La population sur place reste dans une psychose totale, selon nos confrères de la radio communautaire d’Itombwe sur place. Certaines familles qui se seraient sauvées dans la brousse, tentaient de regagner leurs domiciles en début d’après-midi.

Ces assaillants auraient tiré sur la Cabine centrale (boite de réseau) de l’antenne de communication du réseau Vodacom de Mikenge. Ce qui fait à ce que le secteur d’itombwe en général soit hors du périmètre cellulaire pour l’instant.

Venus les uns de Kalingi à 15km de Mikenge, et les autres de Minembwe et Kitavi, les miliciens des groupes armés Makanika-Ngumino-Twirwaneho auraient pris fuite dans plusieurs sens, après la riposte des FARDC.

Contacté, le Porte-parole de l’armée dans la partie sud du Sud-Kivu, Major Dieudonné Kasereka, a confirmé cette attaque, qui dit-il, a été repoussée par les FARDC. Celui-ci annonce un bilan provisoire de deux blessés du côté FARDC, et un mort du côté des assaillants.

Rappelons que cette attaque intervient deux jours après le relâchement, mercredi 20 octobre dernier, du Président des déplacés du camp de Mikenge, par les miliciens Ngumino, qui l’auraient enlevé avec d’autres membres de son comité, la nuit de lundi 18 au mardi 19 octobre 2021.

La Société Civile d’Itombwe, à travers son président Mulilikwa Mbeleelo, condamne cette énième tentative des groupes armés, qui déstabilisent la paix longtemps recherchée dans les hauts plateaux d’Itombwe. Il appelle le Gouvernement congolais à prendre au sérieux cette menace.

Jean-Luc M.

Etiquettes:

4 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.