Marche de Lamuka: le journaliste Patient Ligodi libéré, Patrick Muyaya promet des sanctions

OLPA-Etats Généraux - libre - presse - Basoko-Patient Ligodi-KFM-silence radio - PPI-OLPA-Libre Grands Lacs-assassinat-Tshisekedi-RSF-Nanou Kazaku-BCNUDH-Mongala-JED-CSAC-Beni-UNPC -journaliste. RSF-JED -liberté de la presse. Police-information Aimé Paluku- Rights Watch ANR- Nord-Kivu- journaliste Kasaï Oriental - Gouverneur - Violences - Mongala - médias - Matadi Sankuru- JED -RSF - Buzi - Bulenga - journalistes agressés - nord-kivu

Le journaliste Patient Ligodi de Actualite.cd et RFI, a été libéré ce mercredi 15 septembre 2021, après son interpellation « brutale » par des éléments de la Police Nationale Congolaise, qui ont été dépêchés pour réprimer la marche organisée ce mercredi par la Coalition Lamuka à Kinshasa.

Patrick Muyaya, Ministre des Médias et Porte-parole du Gouvernement qui annonce sa libération, dit condamner les bavures policières qu’a subies ce journaliste.

Le Ministre affirme que des enquêtes sont déjà en cours pour identifier les policiers auteurs de ces actes, afin qu’ils soient sévèrement sanctionnés.

«Suite aux bavures policières dont a subi le journaliste Patient Ligodi, j’ai parlé avec le numéro 1  de la Police nationale il y a un instant et il m’a délégué le porte-parole de la police en face de moi sur la situation qui s’est passée. Nous condamnons fermement ces bavures policières, commis par la Police, des enquêtes sont déjà en cours pour identifier les policiers et seront sévèrement sanctionnées. J’ai discuté, avec Patient qui a été libéré et qui a reçu les biens qui lui ont été pris sauf quelques appareils. Nous continuons de suivre de près,» a déclaré Patrick Muyaya.

Le Ministre de la Communication et Médias tient à rappeler que la sécurité et l’intégrité physiques des journalistes « est une priorité » pour le Gouvernement Sama Lukonde.

Un peu plus tôt, l’association des Médias d’information en ligne de la RDC, a également condamné cette interpellation brutale du journaliste Patient Ligodi. « MILRDC rappelle au Gouvernement, qui a autorité sur la police, que la liberté de presse est constitutionnelle et qu’il a le devoir sacré de garantir ce droit. Il exige des sanctions exemplaires contre des policiers indélicats qui entravent le droit à l’information, » a dit cette structure dans un communiqué.

Museza Cikuru

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.